Éco-Business

Marché du travail : 32.000 emplois perdus dans l’agriculture !

En 2015, le taux de chômage a légèrement baissé passant à 9,7% contre 9,9% en 2014, mais la mauvaise nouvelle est que l’hémorragie s’est poursuivie dans le secteur de l’agriculture.


Le Haut-commissariat au Plan (HCP) vient de rendre publique son analyse de la situation du marché du travail en 2015. Une étude riche en enseignements qui en dit long sur l’évolution de l’économie du pays. Il en ressort que le taux de chômage au niveau national a enregistré entre 2014 et 2015 une petite baisse passant de 9,9% à 9,7%. L’année dernière, l’économie marocaine a ainsi créé 33.000 postes d’emploi (29.000 en milieu urbain et 4.000 en milieu rural) contre 21.000 une année auparavant. Le volume global de l’emploi est passé, entre les deux périodes, de 10.646.000 à 10.679.000 personnes. Le taux d’emploi, quant à lui, a reculé de 0,5 point au niveau national, passant de 43,3% à 42,8%. Il a également baissé de 0,5 point en milieu urbain, de 35,9% à 35,4% et de 0,3 point en milieu rural, de 54,7% à 54,4%.

Chômage endémique
Avec une baisse de 19.000 personnes (10.000 en milieu urbain et 9.000 en milieu rural), la population active en chômage est passée, entre 2014 et 2015, de 1.167.000 à 1.148.000 chômeurs, enregistrant une baisse de 1,6% au niveau natinal. Entre les deux périodes, le taux de chômage est ainsi passé de 9,9% à 9,7% au niveau national, de 14,8% à 14,6% en milieu urbain et de 4,2% à 4,1% en milieu rural. Les baisses les plus importantes du taux de chômage ont été relevées parmi les personnes n’ayant aucun diplôme (-0,6 point) et les adultes âgés de 35 à 44 ans (- 0,5 point). En revanche, le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans a augmenté de 0,7 point et celui des personnes ayant un diplôme de 0,1 point.

Le chômage demeure en particulier élevé parmi les diplômés et les jeunes âgés de 15 à 24 ans. Ainsi, le taux de chômage s’est établi à 4,1% parmi les personnes sans diplôme, à 15,6% parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau moyen au niveau desquels il a enregistré 24,2% parmi les actifs ayant un certificat de spécialisation professionnelle, et à 21,2% parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur avec en particulier un taux de 24,4% au niveau des lauréats des facultés. L’enquête du HCP a abouti à plusieurs révélations sur la structure du marché du travail : environ huit chômeurs sur dix (80,5%) sont citadins ; près des deux tiers (63,5%) sont âgés de 15 à 29 ans ; près de trois sur dix (29%) détiennent un diplôme de niveau supérieur ; plus de la moitié (51,7%) sont primo-demandeurs d’emplois ; près des deux tiers (65,3%) chôment depuis une année ou plus ; et près de trois sur dix des chômeurs (29,7%) se sont retrouvés au chômage suite à un licenciement (24,7%) ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur (5%).

Il est à noter que la population active en chômage intègre également les personnes découragées par la recherche active d’emploi. En 2015, leur effectif a atteint 77.000 personnes, ce qui correspond à 6,7% du volume global du chômage, contre 6,4% une année auparavant. Ils sont à 80,8% citadins, à 67,4% masculins, à 61,7% des jeunes âgés de 15 à 29 ans et à 79,6% diplômés.

Hémorragie dans l’agriculture
Après une création exceptionnelle de 58.000 postes en 2013 et de 16.000 en 2014, le secteur de l’«agriculture, forêt et pêche» a connu, entre les années 2014 et 2015, la perte de 32.000 postes d’emploi, représentant une baisse de 0,8% du volume d’emploi du secteur. En milieu urbain, le secteur a perdu 9.000 emplois, ce qui correspond à une baisse de 3,5% du volume d’emplois du secteur alors que dans les autres secteurs, le volume d’emploi a plutôt augmenté. Avec un accroissement de 0,8%, le volume d’emplois dans le secteur des «services» s’est accru de 32.000 postes au niveau national, dont environ 16.000 dans la branche de la «restauration» et 15.000 dans celle des «transports terrestres», contre une création annuelle moyenne de 106.000 postes au cours des années 2012-2013 et 42.000 en 2014.

Quant au secteur des BTP, après avoir perdu en moyenne annuelle 35.000 postes d’emploi au cours des années 2012 et 2013, il a connu une stagnation en 2014, puis une création de 18.000 emplois cette année, ce qui correspond à une hausse de 1,8% du volume d’emploi du secteur. De son côté, le secteur de l’«industrie» qui comprend aussi l’artisanat a créé 15.000 postes d’emploi, soit une hausse de 1,3% du volume d’emploi du secteur, contre une perte annuelle moyenne de 22.000 postes durant la période 2009-2014. Ces nouveaux postes d’emploi sont principalement le fait de la création de 14.000 emplois par la branche du «travail du bois et de la fabrication d’articles en bois». Ce qui s’expliquerait, entre autres, par la relative reprise de l’activité dans le secteur des BTP.


 

Le taux de sous-emploi à 10,8%

L’enquête du HCP révèle aussi que le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a augmenté, entre les deux périodes, de 1.100.000 à 1.154.000 personnes au niveau national. Le taux de sous emploi est ainsi passé de 10,3% à 10,8% au niveau national (de 9,5% à 9,9% dans les villes et de 11,2% à 11,8% dans les campagnes). Ce phénomène est plus répandu, aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural, au niveau des secteurs des BTP et de l’agriculture, forêt et pêche où il affecte respectivement 16,9% et 10,8% des actifs occupés au niveau national. Par ailleurs, il ressort de l’enquête du HCP les données suivantes : plus de sept sur dix (71,3%) des sous employés pâtissent d’un sous emploi lié à l’insuffisance du revenu du travail (64,2%) ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi (7,1%) ; 83,7% sont de sexe masculin ; environ quatre sur dix (39,1%) sont des jeunes âgés de 15 à 29 ans ; près de 54% résident en milieu rural ; 41% disposent d’un diplôme et 9,3% détiennent un diplôme de niveau supérieur ; alors qu’environ huit sur dix (80,4%) exercent un emploi rémunéré.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer