Now Reading
Lutte contre la corruption. Le plan d’action de 2020 finalisé

Lutte contre la corruption. Le plan d’action de 2020 finalisé

En attendant le bilan annuel qui sera présenté sous la Coupole, de nouvelles mesures destinées à atténuer le phénomène dans les services névralgiques adressés aux citoyens et aux entreprises seront activées en 2020.

L’impact du plan de communication lancé en janvier 2019, ainsi que les mesures prônées durant cette année dans le cadre de la stratégie nationale, devront être au centre de la prochaine réunion de la Commission nationale anti-corruption (CNAC). En plus de la nouvelle vague des projets qui seront lancés durant la prochaine année, le bilan d’étape de la mise en œuvre de la stratégie nationale focalisent l’attention des membres de la commission qui travaille en étroite collaboration avec l’instance nationale de lutte contre la corruption dans l’objectif de converger les efforts des deux structures. La feuille de route préliminaire du plan de communication de l’année 2020 s’articule autour de «l’évaluation des politiques et pratiques concernant la prévention et la lutte contre la corruption au Maroc» et le «diagnostic préliminaire du phénomène de la corruption au Maroc, en procédant à l’analyse et la compréhension sectorielle du phénomène, étapes jugées incontournables pour l’élaboration d’une stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption». Inverser la tendance de manière irréversible et améliorer l’intégrité des affaires, sont les deux objectifs principaux de la CNAC et de l’instance de probité en 2020. Il s’agit essentiellement d’améliorer les indices importants, comme celui des citoyens qui estiment que la situation se détériore, pour le ramener à 20%, au lieu de 89% actuellement. Le même souci prime à propos du taux des citoyens qui sont insatisfaits de l’action gouvernementale, qui devra reculer à 30%, au lieu de 72% enregistrés lors du lancement de la stratégie nationale.

Le bilan provisoire
Un diagnostic des actions de communication a été réalisé, et englobe les collectivités territoriales et les établissements publics. Il s’agit de l’apport des cahiers des charges relatifs à la mise en œuvre des différentes actions de communication qui ont été élaborées, de même que des études d’impact du plan de communication devront être réalisées pour évaluer le rendement du projet lancé durant cette année. À noter que le suivi des projets de la stratégie est assuré au niveau opérationnel par les coordonnateurs des programmes au nombre de dix. Ce dispositif de gouvernance et d’accompagnement, qui tient des réunions périodiques, permet d’évaluer de manière objective l’impact des réformes engagées et de suivre l’état d’avancement des projets et de définir les plans d’ajustement.

Le dernier rapport synthétique qui a été finalisé par la Commission nationale anti-corruption laisse présager une «extension de la stratégie en vue d’opérer un changement radical dans la relation avec la corruption au sein de la société», indique le rapport de la CNAC.

Le bilan de la 1re étape de la stratégie qui couvre la période 2018-2019 montre que 59 projets ont été activés sur les 89 initiatives qui ont été conçues lors du lancement de la stratégie, au moment où la numérisation des services administratifs forment l’ossature des efforts consentis, notamment «la réduction du contact direct entre l’administration et l’usager ainsi que l’unification de l’accès aux services administratifs», souligne la CNAC. «Les services en ligne ont connu aussi une diversification sans précédent, que ce soit pour la demande de documents administratifs, le suivi des dossiers ainsi que la généralisation des applications sur les smart phones», ajoute la synthèse finalisée par la commission présidée par le chef de gouvernement. 

Lire aussi


91 projets pour les 2 prochaines années

En tête de liste des objectifs tracés à partir de l’année prochaine le passage de 43/100 en matière de l’indice de perception de la corruption à 60/100 et de gagner 20 places dans l’indice de Doing Business et 25 places pour l’indice de la compétitivité mondiales (WEF). Les projets ont été divisés en 10 grands programmes et ont été confiés aux départements ministériels. Les projets qui devront focaliser l’attention concernent essentiellement la généralisation des bureaux d’orientation au niveau des tribunaux et «la préparation du nouveau système de l’accueil et l’ouverture du premier site pilote à Rabat. À l’ordre du jour aussi la finalisation d’une charte sectorielle de l’amélioration de l’accueil au sein des unités administratives dépendant du ministère de l’Intérieur. Pour la 2e étape de la stratégie, la CNAC compte aussi accélérer la préparation du décret portant sur les conditions et les formalités des nouvelles autorisations de construire, sans oublier une révision complète et analytique du contentieux fiscal pour leur simplification. Parmi les mesures qui devront avoir la priorité, la modernisation des services du registre commercial et la simplification des procédures dont l’application relève du département de l’équipement.

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés