Éco-Business

Le RNI cherche à convaincre les entrepreneurs

Les entrepreneurs marocains étaient invités par les dirigeants du parti de la colombe à Casablanca pour fixer conjointement «les options économiques d’avenir». Le bilan des ministres du RNI et l’homogénéité de la majorité forment les principaux acquis de 3e formation politique au sein du parlement.


Le RNI à l’écoute des entrepreneurs». C’est le thème de la rencontre organisée par le parti de la colombe à Casablanca en vue de recueillir les attentes des opérateurs économiques . Lors de son intervention, le secrétaire général du parti Salaheddine Mezouar a listé les grandes priorités économiques, et de leurs implications sociales durant cette période préélectorale. «Le RNI qui a un cadre de référence sociale démocrate considère que sa responsabilité envers les opérateurs réside dans l’ouverture d’un dialogue avec les acteurs économiques en vue d’instaurer la culture de la participation de la prise des décisions».

Le chef de la diplomatie marocaine a profité de son passage devant une pléiade d’opérateurs au sein de la capitale économique pour insister sur les ambitions de son parti qui ne veut en aucun cas inscrire ses actions dans la rubrique «des shows politiques». «J’ai adhéré durant ma jeunesse au mouvement de la gauche car mon rêve depuis mon enfance était de vivre au sein d’une société libérale, solidaire et démocratique», a précisé le SG du RNI.

En plus de retour au sens noble de l’action politique, un appel insistant a été lancé par Mezouar en vue de ne pas centrer le sujet des débats politique sur les personnes. «La personnification du débat politique enfonce le discours politique dans la misère et forme un danger pour la société», a –t-il avertit. Parmi les pistes préconisées durant cette rencontre pour changer cette orientation, le chef du RNI a mis en avant le rajeunissement des élites mais aussi «ne pas imposer des limites au débat, comme tend à le faire certains partis, mais au lieu de cela traiter des questions prioritaires qui reflètent les attentes de larges franges sociales».

L’apport crucial du RNI
Lors de son diagnostic de la situation économique actuelle qui sera le legs économique du prochain gouvernement, le SG du RNI a appelé les intervenants dans le circuit de la production des richesses à faire un élan décisif «apte à ressusciter l’espoir et atténuer les écarts sociaux». Dans cette optique, le taux actuel de croissance ne devra pas permettre d’arriver aux objectifs tracés pour les prochaines années. En plus de la hausse de la cadence des investissements, c’est le pari de l’amélioration des revenus de la classe moyenne et des couches défavorisés qui semble conditionner la réussite du modèle économique marocain, «qui est partagée par le parti et qui l’a poussé à entrer au sein de la majorité gouvernementale dans un contexte difficile que le pays traversait».


 

Moulay Hafid Elalamy
Ministre du Commerce, d’Industrie et de l’économie numérique

Très souvent, nous arrivons au niveau du gouvernement avec des demandes qui n’ont rien à voir avec les préoccupations d’un gouvernement. Quand un opérateur demande au gouvernement de baisser l’IS, ce n’est pas une préoccupation du gouvernement. Ce dernier doit créer des emplois, régler les problèmes sociaux et réduire la fracture sociale, c’est d’avoir les moyens de couvrir les besoins au niveau des hôpitaux, des routes..On doit avouer humblement que les opérateurs ont tendance d’oublier ces missions. Donc ce qu’on a essayé de faire, c’est d’aligner les intérêts de l’État à ceux des opérateurs, avec essentiellement les besoins en emploi pour les 10 prochaines années, à savoir que le Maroc a besoin d’un 1,3 millions d’emplois.

Mohamed Boussaid
Ministre de l’Economie et des Finances

Les opérateurs n’aiment pas les perturbations et chaque entrepreneur a besoin de visibilité et d’avoir des conditions de travail dans lesquelles il peut prévoir l’imprévisible. La fiscalité reste une priorité en vue d’aller encore plus loin dans le chantier de la simplification. Les taxes parafiscales qui polluent aujourd’hui notre fiscalité doivent être revue et posent beaucoup de problèmes. Lorsque j’étais ministre de tourisme, j’ai considéré que c’était anormal qu’un hôtelier paie 17 taxes parafiscales !


 

Le bilan des ministres du RNI, principal atout
Le bilan des départements ministériels ont été au centre de cette rencontre qui voulait ne pas tomber dans les facilités du discours de la campagne électorale. Ainsi, et en plus des département du Commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies, la rencontre a porté également sur les réalisation opérées par le département des Finances pour la simplification des procédures destinées aux entreprises et celles menées par l’administration fiscale. Le SG du parti a noté dans ce registre que les missions qui ont été confiées aux ministres du parti sont intervenues dans un contexte défavorable avec comme souci primordial, redonner confiance dans la gestion politique. L’apport des parlementaires du parti reste aussi remarquable avec une cadence importante de vote de lois qui figurent dans le plan législatif du gouvernement.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer