Éco-Business

Le FEC lance un nouvel emprunt

Le Fonds d’équipement communal (FEC) compte lever encore une fois 2 MMDH sur le marché obligataire. L’opération sera repartie en trois tranches non cotées, dont deux à taux révisables annuellement. La période de souscription s’étale du 8 au 10 juillet inclus. À noter que le FEC a eu recours à six emprunts obligataires pour un montant global de 8 MMDH (réalisés entre 2012 et 2018).


Le Fonds d’équipement communal (FEC) recourt une nouvelle fois au marché obligataire. Le FEC vient ainsi d’obtenir l’aval de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) pour lever 2 MMDH sur le marché obligataire. L’opération se fera à travers l’émission de 20.000 titres obligataires ordinaires d’une valeur nominale de 100.000 DH. L’opération sera ainsi répartie en trois tranches non cotées, dont deux à taux révisables annuellement. Dans l’ensemble, ces obligations disposent d’une maturité de 15 ans, amortissables linéairement, plafonnée à 1,5 MMDH.

Le taux fixe de la tranche A – qui sera déterminé à l’issue de la souscription – est calculé en référence au taux souverain de maturité équivalente (15 ans amortissable annuellement, fixe), calculé à partir de la courbe des taux de référence du marché secondaire des bons du Trésor telle que publiée par Bank Al-Maghrib en date du 21 juin 2019, soit un taux de 2,99%, augmenté d’une prime de risque comprise entre 50 et 90 points de base, soit un taux compris entre 3,49% et 3,89%. Pour la tranche B, le taux révisable annuellement est calculé sur la base de la moyenne arithmétique des taux moyens pondérés JJ interbancaires observés sur une période de 180 jours. La tranche C sera assortie d’un taux révisable calculé sur la base de la courbe des taux de référence du marché secondaire des bons du Trésor publiée par Bank Al-Maghrib. La période de souscription s’étale du 8 au 10 juillet inclus.

Par ailleurs, le recours au marché obligataire permettra notamment au FEC de financer son activité, de diversifier ses sources de financement à long terme et de poursuivre l’optimisation des coûts de financement. Il est à noter que le FEC a eu recours à six emprunts obligataires pour un montant global de 8 MMDH (réalisés entre 2012 et 2018). Ces émissions obligataires s’inscrivent dans le cadre de la politique de financement adoptée par le FEC privilégiant le recours aux ressources long terme offertes par le marché obligataire en adéquation avec les maturités des prêts accordés à la clientèle. Il faut dire que l’évolution favorable de l’activité de crédit du FEC, ces dernières années, s’est naturellement traduite par une augmentation du niveau des décaissements et des besoins de financement, lesquels ont nécessité une mobilisation croissante de ressources. Cette croissance sera maintenue au cours des prochaines années au vu des grands chantiers de développement des collectivités territoriales, principalement les régions, lancés à l’échelle nationale. Dans cette optique, le FEC a revu à la hausse les hypothèses du volume de l’activité prévisionnelle des décaissements au titre de l’exercice 2019 qui devraient s’établir à 5,51 MMDH contre 4,5 MMDH initialement estimé. Ce réajustement devra impacter à la hausse le montant des ressources à mobiliser pour atteindre 6,5 MMDH à fin 2019 contre 5,2 MMDH. De ce fait, le produit net bancaire et le résultat net du FEC devraient atteindre respectivement 541 MDH et 298 MDH à fin 2019.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer