Now Reading
Le Centre Marocain de Conjoncture réagit au budget 2020

Le Centre Marocain de Conjoncture réagit au budget 2020

Résultat de recherche d'images pour "Maroc conjoncture leseco.ma"

Le Centre Marocain de Conjoncture a publié le n° 318 de  «  Maroc Conjoncture », une édition spécialement consacrée au budget 2020.

Selon les données avancées par le centre, les prévisions de croissance pour la zone euro viennent d’être révisées à la baisse à 1,1 % en 2019 et 1,2 % en 2020 et 2021, le centre a mis en avant la période prolongée de « moindre croissance et de très faible inflation », et a recommandé aux pays « qui en ont les moyens »,  d’instaurer une politique plus expansionniste.

Concernant la politique économique marocaine, le centre évoque un virage décisif et réclame au gouvernement un accompagnement de soutien audacieux en matière de politiques budgétaire et monétaire. « La basse conjoncture dont souffre l’économie aujourd’hui, le fléchissement des prix particulièrement marqué depuis des années, les déséquilibres que connaissent la plupart des marchés et les demandes sociales qui se font de plus en plus pressantes ne devraient pas inciter à enclencher une stratégie d’austérité visant à réduire la dette publique et le déficit budgétaire surtout que ces contraintes ne constituent pas des freins insurmontables et les risques de défaut sont loin d’être à l’ordre du jour. »

A propos du PLF 2020, la centre indique que conformément à l’engagement du mois d’avril 2019 et dans l’esprit de favoriser l’institutionnalisation du dialogue social, le gouvernement a organisé, à la veille de la présentation du Projet de Loi de Finances au Parlement, une séance de travail avec les centrales syndicales les plus représentatives et l’organisation patronale.

L’objectif étant de  débattre des doléances des partenaires économiques et sociaux relatives à ce projet de loi. «  Parallèlement à cet espoir de reconstitution de la classe moyenne, la vision du développement reste intimement liée à la promotion et à l’encouragement des investissements tant locaux qu’étrangers. »

Pour le pouvoir d’Achat des Ménages, le centre fait état d’une dynamique positive mais en perte de vitesse. Il a mis en avant la difficulté de déterminer son évolution à l’aide d’un indicateur synthétique fondé sur des moyennes  « il existe une diversité grandissante de situations qui rendent l’évolution d’une situation moyenne loin de la réalité concrète. Compte tenu de ces remarques les statistiques officielles sur le pouvoir d’achat sont issues de la comptabilité nationale. Elles montrent qu’au cours de ces trois dernières années cet indicateur a connu une dynamique positive mais que son rythme a ralenti. Le projet de loi de finances ne fait pas la part au pouvoir d’achat même si des mesures visant à le préserver sont annoncées. »

Pour finir, le nouvel emprunt d’1 milliard d’Euros intervenu en novembre 2019, a permis au Maroc de réaliser  au cours de la période 2003-2019 pas moins de 9 sorties sur le marché financier international (MFI) qui lui ont permis de lever un total cumulé de 5,9Milliards d’unités monétaires (3,9MMEuros et 2MM $Us).

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés