Opinions

Laftit démonte une gabegie

Les cabinets d’études constituent désormais la grande arnaque des établissements publics, des ministères et des collectivités locales. Ceux-ci, qui découvrent les «vertus» des mannes qui en découlent, ne se privent pas. Les épouses, les enfants et les proches qui créent des cabinets de fortune bénéficient de millions de dirhams de marchés hors procédure. Afin de contrer cette gabegie, Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a pris son courage à deux mains et a décidé de s’attaquer à ce fléau qui amenuise des fonds publics dont le pays a grandement besoin.

Le patron du département de l’Intérieur retrousse ses manches pour mettre de l’ordre en imposant un strict respect des procédures et un passage obligé par le comptable communal. C’est de bon augure, afin de moraliser la gestion de la chose publique et d’instaurer des règles de transparence intransigeantes.


Maintenant, pour mettre tout cela sur les rails, il y a lieu de mettre en place des synergies avec le ministère de la Justice et le parquet général. Car il faut passer à la phase de reddition des comptes et mettre fin à l’impunité. C’est justement ce phénomène qui a longtemps plombé le pays, encourageant les fraudeurs et donnant des idées à ceux qui n’y pensaient même pas. Tant que les responsables de corruption et de prévarication ne sont pas mis derrière les barreaux, des actions comme celles de Laftit resteront lettre morte. On est donc en droit de se demander ce qui a été fait suite aux récents scandales financiers qui ont fait les choux gras de la presse ! En tout cas, bravo à l’Intérieur et que la Justice fasse son boulot !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer