Opinions

La loi de tous les espoirs

Bouclée par le gouvernement et à présent dans le circuit législatif, la loi rectificative des Finances est celle de «tous les espoirs». Il faut, en effet, répondre au double enjeu d’effacer les cicatrices laissées par la pandémie de la Covid-19 et de positionner l’économie nationale sur les rails d’une relance durable. Un projet compliqué au regard de l’ampleur des séquelles, risqué à cause de la situation sanitaire incertaine, mais surtout crucial car la pérennité de l’économie nationale en dépend.

Dans cette feuille de route budgétaire, le gouvernement veut d’une part accompagner la reprise progressive de l’activité économique, d’autre part, préserver l’emploi et mettre le turbo sur la mise en œuvre des chantiers de réformes de l’administration. Ce sont d’ailleurs les trois axes majeurs autour desquels l’Exécutif a déployé sa vision de cette LF rectificative.


Dans cette vision trilogique, il entend mobiliser des fonds pour couvrir les risques de prêts garantis au profit des entreprises, renflouer le Fonds de gestion spécial Covid-19 pour continuer à accompagner les entreprises en difficulté d’ici à la fin de l’année, conditionner le soutien de l’État aux entreprises au maintien de plus de 80% des salariés déclarés à la CNSS… Cette loi rectificative des Finances prévoit aussi de finaliser le chantier de la simplification des procédures administratives et l’accélération de la mise en œuvre de la charte des services publics. En gros, que de mesures longtemps demandées par les investisseurs et qui seront incessamment amorcées pour atténuer l’impact de la crise sanitaire dont les conséquences économiques s’avèrent encore plus dévastatrices que le virus lui-même. Fallait-il passer par là pour voir se réveiller cette énergie gouvernementale ? Face à la crise, austérité, agilité et rigueur s’imposent comme les maîtres mots d’un modèle économique disruptif. Au travail !

Meriem Allam
Les Inspirations ÉCO






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page