Now Reading
L’élan maintenu

L’élan maintenu

Les travaux de la 6e commission mixte maroco-qatarie, qui se sont déroulés mardi dernier à Dubaï, ont été l’occasion pour les deux pays de passer en revue l’évolution de leurs échanges bilatéraux. Neuf nouveaux accords de coopération ont été signés afin de renforcer la dynamique de coopération multisectorielle entre les deux pays. Le Qatar confirme ainsi son engagement à se positionner comme l’un des premiers partenaires du royaume, notamment dans le domaine économique.

La coopération entre le Maroc et le Qatar se renforce de neuf nouveaux accords de coopération qui ont été signés à l’occasion de la tenue, mardi 5 avril à Doha, des travaux de la 6e Haute commission mixte maroco-qatarie. C’est le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, qui a coprésidé les travaux en compagnie du président du Conseil des ministres et ministre de l’Intérieur du Qatar, Cheikh Abdallah ben Nasser Ben Khalifa Al Thani. Les accords nouvellement signés concernent plusieurs domaines qui s’inscrivent dans le cadre du renforcement de coopération bilatérale entre les deux pays.

C’est ainsi que le Maroc et le Qatar ont signé un accord de coopération dans les domaines juridique et judiciaire, ainsi qu’un mémorandum d’entente entre la Commission nationale du droit international humanitaire au Qatar et la Commission nationale du droit international humanitaire au Maroc. De même, les deux pays ont paraphé un accord dans le secteur du transport, en plus de celui relatif à la coopération entre l’Agence nationale des ports (ANP) et la société qatarie de gestion des ports. Sur la même lancée, les deux parties ont conclu un accord relatif au programme «Boudour» pour les jeunes Marocains entre l’institution «Seltek» et l’institution «Attawfiq Micro-finance».

Le Maroc et le Qatar ont aussi signé un mémorandum d’entente concernant les secteurs du pétrole, du gaz, des énergies renouvelables, de l’électricité et de l’utilisation de l’énergie, ainsi qu’un autre mémorandum d’entente signé entre l’Instance générale de la retraite et des assurances sociales au Qatar et la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). Enfin, dans le secteur de la culture, de l’art et du sport, les deux pays se sont accordés sur la mise en œuvre de deux programmes exécutifs. Il convient de noter qu’en amont des travaux de la Haute commission mixte s’est tenue une réunion d’experts des deux pays au cours de laquelle il a été procédé à la finalisation des recommandations, des projets d’accords, des mémorandums d’entente et des programmes exécutifs qui ont été par la suite soumis à la commission pour adoption.

Le chef de gouvernement, qui était accompagné, lors de son déplacement, par une délégation composée de plusieurs ministres et responsables d’organismes et d’établissements publics, a été reçu par le Cheikh Abdallah Ben Hamad Al Thani, vice-émir du Qatar. Autant dire une visite fructueuse qui a permis de dresser le bilan de l’évolution des échanges entre les deux pays, mais également d’envisager de nouvelles perspectives de coopération en s’appuyant sur l’excellence des relations au plus haut niveau entre le Maroc et le Qatar.

Dynamique maintenue
La haute commission mixte maroco-qatarie est un mécanisme destiné à assurer le suivi et l’évaluation de la dynamique de coopération entre les deux pays et, par la même occasion, d’examiner les moyens de les renforcer davantage. La commission, qui a été instituée le 19 juin 1996 grâce à un accord signé entre les gouvernements des deux pays, permet ainsi de maintenir la dynamique de coopération à travers un nouvel élan qui prend en compte les défis et enjeux stratégiques communs. «La tenue régulière des travaux de cette commission reflète le développement croissant et l’excellence des relations bilatérales entre Doha et Rabat, qui ont atteint le stade d’un partenariat stratégique riche, fructueux et multidimensionnel», a ainsi estimé l’ambassadeur du Maroc à Doha, El Mekki Gaouane, en marge des travaux.

Le Qatar est en effet l’un des premiers partenaires du Maroc et, ces dernières années, les échanges commerciaux entre les deux pays ont connu une notable progression, passant de 517 MDH en 2010 à 681 MDH en 2014, soit une hausse annuelle de 21%, grâce notamment à l’augmentation des importations du Qatar. Dans la même tendance, le riche État pétrolier est l’un des premiers donateurs du Maroc. Selon une étude de la DTFE, les dons en provenance du Qatar se sont nettement améliorés ces dernières années.

En 2014 par exemple, le Qatar s’est positionné pour la première fois à la tête des donateurs du Maroc, mais aussi comme premier bailleur de fonds du royaume la même année avec une contribution estimée à quelque 11,8MMDH, soit 60% du montant global des contributions reçues par le Maroc. En matière d’investissement, c’est la même dynamique qui prévaut avec la présence de plusieurs sociétés qataries au Maroc ainsi que des fonds d’investissements qui contribuent à l’économie nationale, à travers plusieurs secteurs à fort potentiel.

L’un des derniers actes en date a été l’acquisition en février dernier, par Qatar Petroleum, des 30% des parts que détient Chevron Morocco dans trois blocs d’exploration en eaux profondes (Cap Rhir Deep, Cap Cantin Deep et Cap Walidia) au large des côtes nationales. Le Qatar constitue également un gros pourvoyeur de recettes MRE pour les caisses de l’État puisque quelque 75.000 Marocains résident dans le pays, selon les dernières statistiques en date du ministère marocain des MRE et des affaires de la migration. Le Qatar sollicite régulièrement aussi l’expertise du Maroc dans bien d’autres domaines et, selon les médias du pays, des négociations sont en cours pour le recrutement de nouveaux travailleurs marocains. Près de 50.000 postes sont en jeu, tous secteurs confondus.

Pour rappel, en décembre dernier, les deux pays ont déjà paraphé un protocole d’accord relatif au recrutement de cadres marocains pour l’enseignement au Qatar.

Avec cette dynamique, le Maroc est parti pour disposer d’un des plus importants contingents de salariés au Qatar, surtout que, dans le sillage de l’organisation de la Coupe de monde de football 2022, qui se déroulera dans l’émirat, le Maroc s’est engagé à contribuer à la réussite de l’événement aux côtés de son partenaire.


 

Balisage royal
Quelques jours avant la tenue de la Haute commission mixte maroco-qatarie, Mohammed VI s’est entretenu au téléphone avec l’émir de Qatar, Tamim ben Ahmad Al Thani. Les deux chefs d’État échangent régulièrement sur l’évolution des relations bilatérales entre les deux pays ainsi que sur la situation géopolitique régionale et internationale. Ces échanges directs ainsi que les visites régulières témoignent de la solidité et de l’excellence des relations entre le Maroc et le Qatar, un des premiers partenaires du royaume. À l’occasion de la visite du chef de gouvernement, l’État du Qatar a tenu à réaffirmer son soutien à la marocanité du Sahara et son appui à «l’initiative sérieuse, réaliste et crédible d’autonomie des provinces du Sud proposée par le royaume comme base de négociation à toute solution pour mettre un terme au conflit du Sahara marocain».

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés