Monde

L’ancien président pakistanais Zardari, interdit de déplacement à l’étranger

L’ancien président pakistanais Asif Ali Zardari, soupçonné de blanchiment d’argent par la justice , s’est vu interdire tout déplacement à l’étranger, a indiqué jeudi le ministre de l’Information Fawad Chaudhry.

Cette décision,  concerne également 171 autres personnes dont sa soeur Faryal Talpur, l’annonce a coïncidé jeudi avec la commémoration au Pakistan du onzième anniversaire de l’assassinat de l’ex-Première ministre Benazir Bhutto, épouse de Zardari.


« Tous les 172 noms (…) seront inscrits sur la liste de contrôle aux sorties (du territoire) », a déclaré le ministre.

Zardari, l’actuel co-président du parti d’opposition Pakistan People’s Party a dirigé le pays entre 2008 et 2013, et a fait pendant longtemps l’objet de soupçons de corruption, qui lui ont valu le surnom moqueur de « Monsieur 10% ».

Chaudhry avait indiqué plus tôt cette semaine qu’une commission d’enquête avait découvert la preuve que Zardari aurait blanchi de l’argent via de fausses sociétés et comptes bancaires.

Mais l’ancien président a rejeté les accusations lors d’un rassemblement en commémoration de son épouse dans le fief familial de Larkana, dans le sud du pays, s’en prenant à son tour au gouvernement mené par Imran Khan.

Imran Khan, élu à la tête du pays cet été, a fait de la lutte contre la corruption son principal cheval de bataille et promis de rapatrier les milliards volés selon lui par certains hommes politiques sans scrupules.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer