Maroc

Kolonamaak, la nouvelle plateforme qui veut (vraiment) aider les femmes

Nombreuses sont les femmes et jeunes femmes marocaines en situation de vulnérabilité qui se retrouvent dans une impasse face aux manque de moyens mis à leur disposition pour protéger leur droits de toute violation. Certaines choisissent de saisir la justice, mais force est de constater qu’une faible partie est réellement écoutée.

Pour répondre à ce problème qui impacte négativement leurs quotidien, la Présidente de l’Union Nationale des Femmes de Maroc (UNFM), la princesse Lalla Meryem, a lancé une plateforme d’écoute et d’accompagnement  «Kolonamaak», en partenariat avec le ministère de la santé, le ministère de la Solidarité, de la femme, de la famille et de développement social, la DGSN, la présidence du Ministère public, la gendarmerie royale, l’OFPPT, Poste Maroc et l’ANAPEC.


Cette plateforme permettra de signaler tout abus ou violence dont seraient victimes les femmes et les filles, afin de les orienter vers les autorités compétentes. Les bénéficiaires pourront aussi recevoir  des conseils sur les possibilités d’emploi, de formation ou de création d’entreprise ou de projets générateurs de revenus aux niveaux local et régional.

Cette plateforme fait partie des programmes de l’UNFM visant à contribuer à l’effort de promotion des droits des femmes, mené sous la conduite du roi  Mohammed VI. Initiée par l’Union depuis le 8 mars dernier, cette démarche vise la création d’une plateforme d’écoute, de soutien et d’accompagnement sous le slogan «Kolonamaak »

Secrétaire générale de l’UNFM, Farida Khamlichi,

Concrètement quels sont les objectifs de cette plateforme ?
L’objectif de cette initiative pionnière et sans précédent, est de faire de cette plateforme d’écoute un outil permettant aux femmes de faire face aux situations fragiles qu’elles subissent et leur fournir des informations et des conseils pour atténuer l’état de vulnérabilité auquel elles sont confrontées.

La plateforme fournira également une ligne téléphonique directe (8350) et une application gratuite téléchargeable sur les Smartphones. Elle permettra aux victimes de contacter une personne qui va les écouter et les diriger vers l’autorité de sécurité ou judiciaire compétente. En outre,  ce nouvel outil permettra également de répondre aux demandes des femmes et des filles en matières d’emploi, de formation ou de travail.

Commissaire de police à Rabat et représentante de la DGSN, Mariama Iraqi, s’est réjouit du lancement de cette plateforme qui constitue selon elle une véritable incarnation de l’approche participative basée sur l’interaction positive entre les différents acteurs institutionnels et juridiques pour atteindre les objectifs de protection et de sécurité et l’accompagnement des femmes et des filles en situation vulnérable. La question de la lutte contre la violence à l’égard des femmes est une priorité pour  la DGSN et à cet égard, la commissaire de police a affirmé  que la DGSN s’engage activement dans cet édifice des droits de l’Homme.

De son côté, le Colonel Meriem Bouayadi, représentante de la Gendarmerie royale, a précisé que la lutte contre la violence à l’égard des femmes et sa prévention constituent des priorités stratégiques pour la Gendarmerie royale dans le cadre de la protection et de la promotion des droits de l’Homme, en particulier ceux des femmes, passant en revue nombre de mesures prises en ce sens par la Gendarmerie royale. Parmi ces mesures et procédures, le numéro vert mis en place depuis 1993 pour aider les différentes classes sociales, y compris les femmes, ainsi que l’activation de l’approche genre, conformément aux exigences de la Constitution de 2011 et ce, en ouvrant la voie à la gente féminine pour s’engager dans des spécialités autrefois exclusivement réservées aux hommes.

La cérémonie de lancement a été marquée par la présence de la ministre de la Solidarité, de la Femme de la Famille et de Développement Social, Jamila El Moussali, du procureur général du roi près la Cour de Cassation, président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui, ainsi que de plusieurs autres personnalités.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer