Éco-Business

Innovation. Le PNUD à l’assaut des healthtechs

Crise sanitaire Covid-19 oblige, l’édition 2020 du GSIV encouragera surtout la sélection d’entreprises développant des solutions spécifiques pouvant aider à prévenir, traiter, tester et/ou surveiller les maladies infectieuses dans les PED.

C’est parti pour la deuxième édition du Growth Stage Impact Ventures (GSIV) for Sustainable Development Goals (SDGs), le programme conjoint du PNUD, de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), d’Orange et de SAP visant à identifier et promouvoir des entrepreneurs dans les pays en développement (PED) ayant le potentiel de générer à la fois un impact social et environnemental important et des profits conséquents. Cette fois-ci encore, seuls douze entrepreneurs finalistes seront sélectionnés parmi les candidats qui doivent respecter plusieurs critères d’éligibilité. D’abord, l’appel à nominations n’accepte que des entreprises qui ont bouclé leur premier round de financement (Série A). Ensuite, ces dernières doivent délivrer des produits et services contribuant à réduire les inégalités (notamment celles de genre) en fournissant aux plus pauvres des solutions d’accès à la santé de qualité, à de l’énergie propre et abordable ainsi que des solutions de réduction et de recyclage des déchets. Crise sanitaire Covid-19 oblige, le PNUD et ses partenaires privilégient pour l’édition 2020 du GSIV la sélection de healthtechs, c’est-à-dire d’entreprises développant des solutions spécifiques pouvant aider à prévenir, traiter, tester et/ou surveiller les maladies infectieuses dans les PED. Les organisateurs espèrent que les entrepreneurs ayant ce profil seront nombreux à concourir.


Les concurrents doivent être installés dans les PED
Ceci étant, seules les entreprises ayant leur siège, leurs employés et leurs services dans les pays en développement seront prises en considération. Ce n’est pas tout. L’auto-nomination n’est pas acceptée. Seules les entreprises parrainées par des tiers (accélérateurs, fonds d’impact, family offices, organisations internationales, etc.) pourront candidater. Chaque parrain peut désigner jusqu’à 3 entrepreneurs de son réseau répondant aux critères d’éligibilité. L’appel restera ouvert jusqu’au 15 juillet. L’EPFL fera le premier screening des nominations pour choisir 24 entrepreneurs dont les profils seront alors analysés par un comité d’experts techniques comprenant des universitaires, investisseurs et représentants des Nations Unies. Ensuite, les 12 meilleurs seront sélectionnés pour aller en final. Dans le processus de préparation, ils seront invités à participer à un atelier préparatoire en vue de présenter leurs produits et services lors du sommet SDG Finance Geneva Summit, qui se tiendra début 2021 pendant la semaine Building Bridges, devant des partenaires potentiels, notamment des investisseurs, de grandes entreprises et des organisations internationales. «Nous sommes ravis de soutenir le PNUD dans l’identification des initiatives d’impact qui répondent aux ODD. Contrairement à la multitude de récompenses et de concours ciblant les start-up en démarrage, les entreprises du GSIV ont le potentiel d’apporter des changements rapides et positifs à grande échelle, ciblant en particulier le bas de la pyramide», note Julia Binder, cheffe de projets EPFL Tech4Impact.

Promouvoir les investissements alignés sur les ODD
«Le GSIV est un véhicule fantastique pour identifier des entrepreneurs à travers les pays en développement qui ont des modèles commerciaux solides et un impact avéré. Les finalistes démontrent que les ODD sont rentables, même dans les contextes les plus difficiles et dans les secteurs qui sont traditionnellement financés par l’État. Dans un monde post-Covid-19 où les investissements diminuent, soutenir les entrepreneurs innovants des pays en développement est une priorité», commente Sarah Bel, responsable pour le PNUD du SDG Finance Geneva Summit. Rappelons que la sélection GSIV a lieu dans le cadre du SDG Finance Geneva Summit. L’objectif plus large de ce sommet est de promouvoir les investissements alignés sur les ODD, en présentant des entreprises qui ont un impact social et environnemental tout en représentant un investissement attrayant. En réunissant l’écosystème unique des professionnels du développement, des investisseurs, des institutions de financement du développement, des universités et des entrepreneurs, le PNUD vise à catalyser un transfert de capitaux de la finance traditionnelle vers l’investissement d’impact en mettant l’accent sur la réalisation des ODD. En 2019, 76 entrepreneurs de 40 pays en développement ont soumis 119 propositions. 85% des entreprises nominées avaient levé au moins un demi-million de dollars au moment de la nomination et clôturé leur série A. Les 12 finalistes avaient en moyenne 50 employés, un revenu annuel de plus de 3 millions de dollars et un impact cumulatif sur plus de 15 millions de vies grâce à leurs produits et services.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer