Société

Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !

 
Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a publié la 26e édition de son rapport mondial pour le Développement Humain (RDH) pour 2019. Cette nouvelle version du baromètre de l’Indice de développement humain (IDH) a été lancée le 9 décembre à Bogota (Colombie) et dresse l’état des inégalités dans le monde. Le Maroc y est classé en 121e position, derrière la Libye, l’Egypte, le Vietnam, la Palestine et l’Irak.
 
Le programme des Nations unies publie, depuis 1990, une série de rapports relatifs au développement humain. Il s’agit d’études indépendantes fondées sur des données analytiques qui examinent les grandes problématiques liées au développement. Le rapport de cette année, lancé à Bogota hier lundi, annonce que le monde peut effacer les inégalités, à condition d’agir sans plus tarder, avant que les déséquilibres de pouvoir économique ne laissent la dominance politique prendre racine.
 
En effet, les niveaux et les types d’inégalités, tolérées par chaque société, dépendent des choix qu’elle fait. Cela ne veut certainement pas dire que lutter contre les inégalités est une chose facile, sauf qu’il faudra mener une action efficace qui repensera radicalement les moteurs des inégalités, qui sont généralement, selon le rapport de développement humain, complexes et multidimensionnels, souvent en lien direct avec les structures de pouvoir dominantes.
 
En effet, les individus suivent des trajectoires différentes et très inégales depuis leur naissance. Jusqu’à 2020, les individus d’un pays à développement humain faible suivent des trajectoires délicates comparés aux individus issus de pays à développement humain très élevé.
 
 
L’enseignement explique et témoigne parfaitement de ces inégalités. ( graphique) Malheureusement, les indices de ce rapport place le Maroc à la 121e place, après la Libye, l’Egypte, le Vietnam, la Palestine et l’Irak. Une situation inquiétante qui nécessite des réflexions et des méditations singulières.
 
Le classement du Maroc dans ce rapport, montre que les disparités de développement humain demeurent très répandues et que les inégalités s’accumulent, traduisant souvent de graves déséquilibres de pouvoir. L’évaluation et la gestion concrètes des inégalités exigent une révolution des méthodes de mesure ainsi qu’une investigation sur l’utilisation des budgets dédiés à la lutte contre les inégalités au Maroc.
 
Le rapport annonce qu’il n’est pas trop tard pour agir, mais le temps passe, inexorablement. C’est en effet, à chaque société qu’il appartient de déterminer les actions à mener pour corriger les inégalités de développement humain.
 
 


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer