Now Reading
Indemnité CNSS: Maroc Citrus réclame l’intégration des ouvriers des stations

Indemnité CNSS: Maroc Citrus réclame l’intégration des ouvriers des stations

Alors que les aides financières destinées aux RAMEDistes et aux salariés affiliés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) commencent à être servies cette semaine, la Fédération interprofessionnelle marocaine des agrumes (Maroc Citrus) a officiellement demandé à l’institution d’intégrer les ouvriers des stations de conditionnement des agrumes n’ayant plus de revenus. Il s’agit de faire bénéficier ceux-ci d’indemnités dans le cadre des aides financières destinées aux salariés mis à l’arrêt.

Une demande a ainsi été adressée récemment, par la fédération, au directeur général de la CNSS afin de procéder à leur inscription au régime de la caisse, de sorte qu’ils puissent bénéficier des indemnités devant pallier les effets de la crise du Covid-19. Maroc Citrus, qui a sollicité la notification de cet accord, a proposé que cette mesure soit destinée aux ouvriers des stations de conditionnement des agrumes en règle avec la CNSS et ayant perdu leur travail.

Deux événements ont touché l’employabilité
Selon Maroc Citrus, le secteur emploie une importante main-d’œuvre saisonnière d’octobre à juin dans les principales régions de production, notamment le Souss, le Gharb, la Moulouya, Tadla et le Haouz. Deux événements ont impacté, selon la fédération qui représente l’ensemble des maillons de la filière agrumicole, l’employabilité de cette catégorie depuis mi-mars. Il y a d’abord les mesures de précaution prises pour lutter contre la propagation du Covid-19, à savoir la distanciation sociale et le confinement. Ces deux mesures ont réduit le nombre d’ouvriers par station de conditionnement. À celles-ci s’ajoute le ralentissement de l’export, chose qui a entraîné un arrêt prématuré du conditionnement dans beaucoup de stations au Maroc. C’est pour cette raison que l’interprofession a formulé cette demande, les ouvriers travaillant habituellement dans l’informel pendant l’intersaison. Une option aujourd’hui inenvisageable vu les différentes mesures de précaution imposées par le confinement.

Un arrêt prématuré cette saison
De plus, cette saison a connu une chute drastique de la production dans les vergers et un démarrage difficile à l’export, deux raisons expliquant un arrêt prématuré. «Ces ouvriers écopent aujourd’hui de la double peine. Il s’agit de la perte de leur emploi «officiel» et de l’impossibilité de recourir à l’informel pour pouvoir assurer un revenu minimum à leur famille», indique Maroc Citrus dans sa demande.

Lire aussi

Pour rappel, la présentation, par Morocco Foodex lors du dernier Comité de coordination des exportations d’agrumes, indiquait que ces dernières avaient atteint, au 26 janvier 2020, un total de 269.000 tonnes contre 430.100 tonnes durant la dernière campagne, soit une baisse de 37%. Les principaux marchés adressés étaient les pays de l’Union européenne avec 37% de l’export global, suivis de la Russie avec 33%, du Canada avec 14%, des États-Unis avec 9%, de l’Afrique subsaharienne avec 3,2% et des Pays du Golfe avec 2,9%. 

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés