Now Reading
Ifrane, première candidate marocaine au label Ville des zones humides

Ifrane, première candidate marocaine au label Ville des zones humides

Ifrane est la première ville marocaine candidate au label “Ville des zones humides accréditée par la Convention Ramsar”, a annoncé, vendredi, le Secrétaire général de la province d’Ifrane, Hassi Chafik.

S’exprimant à une cérémonie de célébration de la journée mondiale des zones humides, organisée par le département des Eaux et Forêts, la province d’Ifrane et WWF-Maroc, sous le thème ‘’zones humides et biodiversité’’, Chafik a souligné que la ville d’Ifrane sera accompagnée dans la préparation de son dossier de candidature par l’ONG internationale WWF-Maroc.

Le responsable a fait savoir que ce “label incite les villes qui se trouvent à proximité ou qui dépendent de zones humides d’importance internationale ou de celles ayant un statut de catégorie de conservation différent, à développer et à renforcer une relation positive avec ces écosystèmes précieux, notamment grâce à une participation et à une sensibilisation accrues du public, ainsi qu’à un examen attentif des zones humides dans la planification et la prise de décisions municipales”.

Labelliser Ifrane comme ville des zones humides accréditée par la Convention de Ramsar vise à promouvoir la conservation et l’utilisation rationnelle de ses zones humides et à générer durablement des avantages socio-économiques au profit des populations locales, a-t-il relevé.

Le représentant du Fonds mondial pour la nature(WWF), Oussama Belloulid, a souligné que WWF, leader mondial des ONG dans le secteur de l’environnement, est aujourd’hui présent dans plus de 100 pays, ajoutant que sa mission, vouée à la protection de l’environnement et au développement durable, se concentre au Maroc sur la préservation de sa biodiversité, la gestion intégrée de ses ressources en eau et la durabilité de l’utilisation de ses ressources naturelles.

Le thème de l’édition 2020, intitulé “zones humides et biodiversité”, reflète l’alarmante’’ situation actuelle, dont plus de 35% des zones humides ont disparu en moins de 50 ans, note-il, relevant que 25% des espèces dépendent des zones humides continentales et 23% des espèces des zones humides littorales sont menacées d’extinction, a-t-il indiqué.

Belloulid a fait savoir que le Maroc, membre de la Convention Ramsar depuis le 20 octobre 1980, a désigné jusqu’à aujourd’hui 38 zones humides à l’intérieur de ses frontières comme sites Ramsar, soulignant que la priorité nationale accordée à ces sites d’importance biologique et écologique a été pressentie à l’échelle internationale après l’inscription de 12 zones humides marocaines sur la liste des sites RAMSAR.

Lire aussi

Ces sites, qui incluent ceux d’Oued Tizguite et les Lacs Aoua, Hachlaf et Ifrah, ont été reconnus mondialement pour leur diversité faunistique et floristique et leurs services éco systémiques très révélateurs, a-t-il dit.

Le représentant du WWF a aussi noté que la célébration de la journée mondiale des zones humides est l’occasion de sensibiliser toutes les parties prenantes sur la forte nécessité de sauvegarder la biodiversité et ses importants écosystèmes, rappelant que WWF- Maroc serait toujours un partenaire dans la conservation des ressources en eau et zones humides, la protection de la biodiversité, le développement socio-économique et dans la sensibilisation à la protection de l’environnement .

avec MAP

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés