Maroc

Gestion des examens. Une annonce aujourd’hui ?

Les scénarios pour la gestion du reste de l’année scolaire et des examens sont prêts, selon une source au département de tutelle mais rien ne filtre encore sur les détails de la vision gouvernementale. Amzazi va-t-il annoncer aujourd’hui aux parlementaires de la Chambre haute son plan pour sauver l’année scolaire et universitaire ? Très attendue, une annonce officielle mettra fin aux inquiétudes des élèves.

Le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi est attendu de pied ferme cette semaine au sein de l’institution législative. Il est interpellé aujourd’hui par les conseillers en séance des questions orales et il devra, demain, s’expliquer devant les députés de la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication sur le plan de sauvetage de l’année scolaire. Le responsable gouvernemental devra répondre à nombre d’interrogations qui taraudent non seulement les élus de la nation mais aussi les parents, les élèves, les étudiants et les enseignants. Comment le gouvernement compte-t-il gérer le reste de l’année scolaire et universitaire et quel est sa vision pour passer les examens surtout pour les niveaux certificatifs et l’enseignement supérieur ? Plusieurs pays ont mis fin aux spéculations en annonçant officiellement le plan de gestion de l’année scolaire. Selon une source au département de tutelle, cette décision ne revient pas uniquement au ministère de l’Éducation nationale. Les scénarios ont été déjà arrêtés. Tout dépendra de l’état épidémiologique au Maroc. Le retour à l’école et la gestion des examens en cette conjoncture spéciale ne sont pas une mission aisée d’après notre source. Il faut mette en place tout un dispositif pour garantir la sécurité des élèves et des enseignants au sein des établissements scolaires et des internats.


Compte à rebours
L’annonce d’un plan officiel est très attendue pour mettre fin aux inquiétudes et aux rumeurs. Le département de tutelle a dû, à plusieurs reprises, démentir les fausses informations sur une éventuelle année blanche ou sur la gestion des examens. Pas plus tard que dimanche dernier, le ministère d’Amzazi a démenti certaines données qui circulent sur les réseaux sociaux tout en soulignant que l’annonce du plan qui sera adopté pour la gestion du reste de l’année scolaire sera faite au moment opportun et via les canaux officiels. En tout cas, les parlementaires qui ont interpellé Amzazi ne comptent pas lâcher du lest. Le ministre de tutelle est très attendu pour faire des annonces aujourd’hui au sein de l’hémicycle. D’aucuns soulignent que la gestion du temps est un élément clé pour sauver l’année scolaire et universitaire. Le compte à rebours est enclenché. Les partenaires sociaux appellent le gouvernement à rendre publique sa vision le plus tôt possible. Les syndicats ont commencé à émettre leurs propositions pour participer aux efforts de gestion de l’année scolaire. L’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), bras syndical du PJD, a adressé, le 9 mai, une note à Saaïd Amzazi sur la gestion du reste de l’année scolaire. Les scénarios proposés dépendent de la levée ou du prolongement du confinement. En ce qui concerne les niveaux certificatifs, il est proposé, entre autres, d’annuler l’examen régional de la sixième année primaire en cas du prolongement du confinement et de se contenter des notes des contrôles continus et des évaluations précédentes tout en misant sur la mise à niveau des élèves au début de l’année scolaire. Soulignons à cet égard que l’OCDE a déjà recommandé au Maroc de remplacer l’examen du Certificat d’étude primaire (CEP) par une évaluation nationale standardisée sans enjeu de passage pour les élèves. Par ailleurs, la Fédération nationale des fonctionnaires de l’enseignement, affiliée à l’UNTM propose pour le brevet d’axer l’examen sur ce qui a été réalisé jusqu’au 16 mars en cas de prolongement du confinement tout en prenant en considération les évaluations précédentes. En ce qui concerne la 1re année du baccalauréat, il est proposé de reporter les examens régionaux en juillet en cas de levée du confinement. En cas de levée progressive dudit confinement, l’examen en juillet devra porter sur tout ce qui a été étudié jusqu’au 16 mars. Si le confinement se prolonge, le syndicat propose de reporter l’examen régional du baccalauréat au début de l’année. S’agissant de l’examen national du baccalauréat, l’UNTM propose le retour des élèves aux classes si le confinement prend fin le 20 mai tout en reportant les dates des examens. Le deuxième scénario (levée progressive du confinement) porte sur l’ajournement de l’examen national à juillet tout en l’axant sur le programme réalisé jusqu’au 16 mars et reportant les concours des établissements à accès régulé. En cas de prolongement du confinement, il est proposé de reporter l’examen national du BAC au début de l’année tout en optant pour les notes uniquement en matière d’accès aux établissements supérieurs à accès régulé.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer