Maroc

Fruits et légumes : les opérateurs en ordre de bataille contre la Covid-19

Les professionnels jouent la carte de la prévention et de la sensibilisation afin d’éviter qu’un scénario de contamination ne se produise dans le Souss à l’instar d’autres bassins de production. 600 exploitations agricoles et 60 stations de conditionnement sont ciblées dans la province de Chtouka, la première zone
primeuriste du royaume.

Respecter les engagements en termes d’exportation de primeurs vers l’Union européenne et maintenir l’approvisionnement du marché national dans un contexte de pandémie. Ce sont les défis que doivent relever les producteurs et exportateurs de fruits et légumes en ce début de campagne d’exportation de primeurs. Il s’agit d’endiguer le risque de contamination à la Covid-19 dans chaque filière de production, pour éviter un arrêt total d’activité en raison du caractère périssable des denrées. C’est la raison pour laquelle, les professionnels jouent la carte de la prévention et de la sensibilisation afin d’éviter qu’un scénario de contamination dans le Souss ne se produise à l’instar d’autres bassins de production. Mercredi, l’Association marocaine des producteurs et producteurs exportateurs de fruits et légumes (APEFEL) et l’Association marocaine de conditionneurs de fruits et légumes (AMCOM) ont lancé une campagne de sensibilisation qui touchera au total 600 exploitations agricoles et 60 stations de conditionnement, soit l’équivalent de plusieurs dizaines de milliers d’ouvriers. En dehors de la province de Chtouka, première zone primeuriste du royaume, cette opération ciblera aussi une partie de la province de Taroudant. «À elle seule, la région du Souss assure 1,6 million de tonnes de production dont 1 million destiné à l’export et 600.000 tonnes au marché local, soit l’équivalent de 3.000 tonnes de fruit et légumes acheminés quotidiennement à partir du marché de gros et demi-gros de fruits et légumes d’Inezgane vers les autres régions du royaume», souligne Noureddine Kessa, directeur de l’Office de mise en valeur agricole Souss-Massa (ORMVA) et de la Direction régionale de l’agriculture. S’étendant sur cinq semaines, la première priorité de cette campagne est d’éviter l’apparition de foyers de contamination au sein des fermes et stations de conditionnement.


Impliquer l’ensemble de la profession
«Si on veut assurer la pérennité de notre activité aussi bien au sein des exploitations agricoles qu’au niveau des stations de conditionnement, la profession doit être une partie de la solution, à commencer par le respect des règles d’hygiène, de distanciation et des dispositifs sanitaires et préventifs », souligne Khalid Saidi, nouveau président de l’APEFEL. Cette sensibilisation touchera l’ensemble du circuit de la main-d’œuvre à commencer par les points de rassemblements des ouvriers, les lieux d’habitation et les douars, les moquefs, le transport collectif et les chauffeurs. À cela s’ajoutent les souks hebdomadaires, les marchés de fruits et légumes, en plus des exploitations agricoles et des stations de conditionnement. Pour ce faire, les équipes de conseillers agricoles de l’Office national du conseil agricole (ONCA) et de l’ORMVA, tout comme les autorités locales, ont mobilisé leurs moyens logistiques. Dix unités mobiles et véhicules avec habillage, des haut-parleurs, des capsules audiovisuelles et des guides des mesures préventives ont été mis à disposition pour réussir cette action.

Spécificité du secteur agricole
«Le risque de contamination exerce une pression sur le secteur. Contrairement aux unités industrielles, notre secteur productif agricole est différent des autres activités car l’impact n’est pas similaire. Notre activité ne peut pas subir un arrêt d’activité en raison de la spécificité de chaque récolte, d’où cette mobilisation pour éviter le risque de fermeture qui est synonyme de perte d’emploi, mais aussi d’arrêt total d’activité», prévient Abdelfattah Baâlla, président de l’AMCOM. Des séances de sensibilisation seront dispensées au profit des transporteurs, des chefs d’équipes, des techniciens et des cadres au niveau des fermes et stations de conditionnement. En outre, un ensemble d’ateliers sera initié à l’intention des conditionneurs et de leurs managers dans le cadre des mesures préconisés pour lutter contre la crise sanitaire. «À travers cette campagne de proximité, les professionnels assument leur part de responsabilité en sensibilisant toute la chaîne de production et de valorisation, afin d’éviter le risque de contamination et le relâchement en termes d’application des mesures de prévention», explique Houcine Aderdour, président de la Fédération interprofessionnelle de production et d’exportation des fruits et légumes (Fifel). Autre détail, la campagne est renforcée par l’affichage, la distribution et la diffusion de supports de communication pour mener à bien cette saison. «C’est un modèle d’initiative qu’il faut dupliquer aux autres filières de production au niveau national, surtout avec le démarrage de la saison agricole», a annoncé Jaouad Bahaji, directeur général de l’Office national du conseil agricole (ONCA). 

Yassine Saber / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page