Now Reading
Vidéo. Franc succès pour cette 1ère édition de l’université d’été de la CGEM

Vidéo. Franc succès pour cette 1ère édition de l’université d’été de la CGEM

 

La première édition de l’université d’été de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), sous le thème « une entreprise forte, un Maroc gagnant » s’est clôturée ce samedi 29 septembre 2018 à l’ISCAE de Casablanca avec une forte présence gouvernementale.

Première édition réussie pour le « Summer Camp » de la CGEM, organisée le 28 et le 29 septembre 2018, qui avait pour objectif de décortiquer les enjeux économiques et sociaux auxquels le Maroc fait face. La deuxième et dernière journée a connu la participation du chef de gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, le ministre du commerce, de l’industrie et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy et le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Benchaâboun. 

Pour sa part, El Othmani a appelé les secteurs privé et public de travailler ensemble, « main dans la main pour une croissance économique accélérée. Le chef de gouvernement a ainsi affirmé que le gouvernement est ouvert aux suggestions des acteurs économiques.« Le gouvernement est disposé à discuter avec les acteurs économiques de toutes les questions entravant l’évolution de l’économie nationale et à œuvrer pour doter le pays d’entreprises fortes pour un Maroc gagnant ».

A ensuite pris la parole le ministre de l’économie et des finances. Mohamed Benchaâboun a souligné que notre pays a besoin d’accélérer le rythme de croissance pour apporter des réponses appropriées aux besoins légitimes de nos concitoyens. « Cette accélération de croissance nous permettra de dégager les marges budgétaires pour financer l’éducation, la santé, réduire les disparités spatiales et sociales. Il nous permettra aussi de bâtir une économie forte et inclusive ».

Ainsi, le ministre de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy a passé un coup de gueule, en toute transparence, contre le nihilisme et le négativisme qui se répercute sur le climat Général des affaires et le moral des investisseurs.

Lire aussi

« Je ne sais pas être autrement que transparent et franc. Nous ne sommes pas là pour la langue de bois et se dire les choses pour se faire plaisir. Je connais l’esprit de la CGEM et j’y ai trouvé lorsque que je l’avais présidé un langage et un lexique qui m’avaient fortement interpelé: ‘on n’a pas de visibilité’, ‘on ne sait pas où on va’, ‘je pense que demain sera pire qu’aujourd’hui’. Ce négativisme est le fort de tous les patronats dans le monde avec une intensité différente d’un pays à l’autre. Et nous savons, nous, aller dans les excès », a déclaré Moulay Hafid Elalamy.

Elalamy a ainsi évoqué l’avancement du plan d’accélération industrielle. « Legler, dont l’histoire de la faillite est connue, va reprendre bientôt avec un investisseur dans l’amont textile et il va approvisionner le marché…L’électronique, le pharmaceutique, l’automobile avancent bien».

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés