Now Reading
Financement. La BAD se réoriente vers le social et la régionalisation

Financement. La BAD se réoriente vers le social et la régionalisation

Leïla Farah Mokaddem. Représentante de la BAD à Rabat

“Le Maroc est sur la voie d’une émergence certaine”

Pourquoi aujourd’hui le Maroc est le premier partenaire de la BAD en Afrique ?
Le Maroc est un pays qui inspire. Un pays qui, vous le constatez, a enregistré, ces dernières décennies, des progrès notamment dans les domaines de la gouvernance, de l’amélioration du climat des affaires et de l’égalité des genres. Voilà un pays qui a su également renforcer son attractivité avec un réseau d’infrastructures de classe mondiale ayant transformé son économie. Du complexe solaire Noor, le plus grand au monde au port de Tanger Med, dont j’ai pu mesurer l’envergure, en passant par le déploiement de la ligne ferroviaire à grande vitesse, unique en Afrique, le Maroc est sur la voie d’une émergence certaine en Afrique et dans le monde. En Afrique où le royaume impulse une forte dynamique d’intégration économique avec un rôle central. Le Maroc qui est aussi un des premiers investisseurs sur le continent et qui a toujours été disponible pour partager son expérience sur le continent, notamment dans le domaine des énergies renouvelables. Nous en avons fait l’expérience avec Masen. Voilà quelques ingrédients qui font la force et en même temps la résilience de l’économie marocaine.

Qu’en est-il de votre nouveau partenariat avec le secteur privé ?
Permettez-moi de vous exposer deux nouvelles opérations à travers lesquelles nous soutenons l’entrepreneuriat, la création d’entreprises et les investisseurs qui souhaitent s’internationaliser et se positionner en Afrique. Je commencerai par notre nouveau programme de soutien à l’entrepreneuriat. En avril dernier à Guelmim, nous avons lancé Souk Attanmia en célébrant les premiers lauréats qui bénéficieront de notre appui. Une dizaine de lauréats parmi près de 300 candidats. Et ce n’est qu’un début car nous envisageons de soutenir des centaines d’autres candidats sur les prochaines années. L’esprit de Souk Attanmia, c’est de prioriser l’humain sur toutes autres considérations. Nous travaillerons surtout sur l’inclusion économique et sociale en ciblant les jeunes parmi les plus défavorisés, les femmes et les personnes en situation d’handicap ainsi que les populations des régions excentrées. Avec l’ambition de voir 800 entrepreneurs recevoir un soutien technique et 250 projets qui seront soutenus financièrement, dont 30% initiés par des femmes entrepreneurs.

Vous avez également noué un partenariat avec la CGEM, pouvez-vous nous en dire plus ?
C’est un partenariat premier du genre sur le continent. Nous unissons ainsi nos efforts pour renforcer la contribution du secteur privé marocain dans la dynamique d’intégration africaine du royaume. Il s’agit d’accompagner les entreprises marocaines qui veulent se développer sur le continent en développant une cartographie des échanges économiques et commerciaux intra-africains pour ouvrir de nouvelles perspectives d’investissement et d’import-export aux investisseurs. Sur un autre plan, nous appuierons également l’organisation, début 2020, d’un forum international dédié aux petites et moyennes entreprises pour survoler les différentes problématiques et identifier les pistes d’action de nature à aider les entreprises marocaines à se positionner encore plus sur le continent. Nos priorités se croisent à travers cet accord qui, à la fois, appuie la feuille de route Sud-Sud de la CGEM et met en œuvre notre priorité stratégique en matière d’intégration régionale. On le voit, le rôle du secteur privé marocain dans le processus d’intégration africaine est majeur. Nous nous en félicitons et saluons la performance du royaume qui figure parmi les premiers investisseurs africains sur le continent. Sur la période 2013-2017, environ 80% des investissements directs étrangers du royaume sont orientés vers l’Afrique pour une valeur globale de près de 3,7 milliards de dollars.

Comment la BAD peut-elle aujourd’hui enrichir le débat sur le nouveau modèle de développement du royaume ?
Repenser le modèle de développement au Maroc est un exercice qui est dynamique d’ailleurs. Nous saluons ces réflexions extrêmement intéressantes. La Banque africaine du développement est aussi une banque du savoir. Nous avons engagé notre propre réflexion et produit une note qui tire notamment les leçons des expériences d’autres pays. Au Maroc aujourd’hui, il y a toute la question du contrat social et du financement du développement qui émerge. Il s’agit de repenser le mode de financement du développement pour laisser plus de place au secteur privé. Et dégager d’autres ressources pour financer tout le contrat social qui se trouve derrière. Cela nécessite un peu de sophistication car au-delà du partenariat public-privé, il y a d’autres avenues sur lesquelles il faut réfléchir. Il faut aussi voir comment la structuration des PME peut se faire sur l’horizontal pour être viable et augmenter leur capacité d’exportation car l’on remarque que la valeur ajoutée locale des exportations marocaines a diminué, cela veut dire qu’il faut voir quels sont les secteurs où le Maroc est compétitif pour créer des industries locales exportatrices. Je cite à ce propos l’agro-industrie entre autres exemples.

Pages: 1 2
Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés