Now Reading
Financement durable : Les places financières internationales s’impliquent à Casablanca

Financement durable : Les places financières internationales s’impliquent à Casablanca

Dix d’entre elles ont lancé à Casablanca un réseau international en matière de durabilité qui a pour objectif de sensibiliser, promouvoir les normes communes, stimuler l’innovation et développer les compétences essentielles nécessaires à l’expansion de la finance verte et durable.

Plus de 10 des principales places financières mondiales ont convenu le 28 septembre dernier, lors de la toute première réunion internationale des places financières tenue à Casablanca, de promouvoir une action stratégique commune portant sur la finance verte et la finance durable. En effet, à l’issue de cette réunion organisée par Casablanca Finance City Authority (CFCA) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP Inquiry) en collaboration avec le ministère de l’Environnement italien et la Présidence marocaine de la COP 22, ces dernières ont accepté de mettre en commun leurs expertises pour mener des actions en faveur du changement climatique et du développement durable.

Plus concrètement, ces places financières basées à Astana, Casablanca, Dublin, Hong Kong, Milan, Londres, Luxembourg, Paris, Qatar, Shanghai et Stockholm ont soutenu la déclaration de Casablanca à travers laquelle elles ont lancé un réseau international des places financières en matière de durabilité. Un réseau qui a pour objectif de sensibiliser, promouvoir les normes communes, stimuler l’innovation et développer les compétences essentielles nécessaires à l’expansion de la finance verte et durable. Saluant l’initiative, Nick Robins, codirecteur de l’UNEP Inquiry a déclaré lors de la rencontre qu’«il est clair que les places financières sont en concurrence, mais la coopération en matière de financement durable n’est pas seulement essentielle, elle est également possible, comme le démontre ce nouveau réseau qui a la capacité de générer un changement radical dans le secteur de la finance durable dans les années à venir». Abondant dans le même sens, Saïd Ibrahimi, directeur général de Casablanca Finance City Authority avait précédemment précisé que «le leadership et l’engagement manifestés par les places financières réunies à Casablanca me convainquent que nous pouvons massifier les flux des capitaux vers des zones vitales du continent africain afin de promouvoir, en particulier, l’agriculture durable et les énergies propres. Notre vision est de faire de Casablanca le hub de la finance verte en Afrique». De son côté, Sir Roger Gifford, président de la City of London Corporation Green Finance Initiative, avait noté que «Londres s’est engagée à travailler avec d’autres places financières pour développer le marché mondial de la finance verte. Ce nouveau réseau peut aider à tirer profit des marchés financiers internationaux dans la prise en charge de l’atténuation des changements climatiques en partageant les meilleures pratiques et en adoptant des principes communs» tandis que le coordinateur de la Commission de la finance verte de la Place financière Lujiazui à Shanghai, Kong Wei, avait affirmé que «Shanghai veut étendre la pratique de la finance verte de façon rapide et solide et se réjouit de collaborer avec les autres places financières du réseau qui œuvrent de manière créative pour le développement de la finance verte depuis la phase initiale en couvrant en même temps l’internalisation et l’équilibre».

Pour sa part, Philippe Zaouati, PDG de Mirova et président de l’Initiative Finance for Tomorrow de Paris, avait lui déclaré que «la dynamique actuelle est exceptionnelle, elle engage le secteur financier à contribuer davantage dans le développement durable et inclusif.

Paris souhaite partager l’expertise de son écosystème avec ce nouveau réseau de places financières. Nous avons beaucoup de choses à faire ensemble pour déplacer les trillions». Les places financières sont des centres importants dans l’économie où sont concentrés les marchés bancaires, d’investissements et d’assurances. Ces regroupements de compétences se focalisent de plus en plus sur la mobilisation des ressources financières nécessaires à la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le changement climatique ainsi que sur les objectifs de développement durable des Nations Unies. En effet, plusieurs places financières ont déjà mis en place des initiatives vertes et de développement durable dans le but de saisir les opportunités induites par le développement durable. Dans cet élan, même le G7, organisé cette année en Italie, a identifié le potentiel de coopération entre les places financières à travers un nouveau réseau international.

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés