Éco-Business

Fès-Meknès assure ses besoins en eau

Le volume des réserves en eau dans les barrages du périmètre de Sebou atteint 3,13 milliards de mètres cubes de retenues, ce qui va permettre d’approvisionner en eau potable l’ensemble des villes et centres qui sont alimentés à partir des barrages. L’irrigation de la plaine du Gharb est aussi assurée.

Malgré le niveau de pluviométrie inférieur aux moyennes saisonnières, les barrages de la région Fès-Meknès ont pu satisfaire les besoins en eau potable et en irrigation de la population. En effet, les réserves d’eau stockée dans les retenues des barrages ont permis d’améliorer la sécurisation de l’alimentation en eau potable des zones concernées, particulièrement en période d’été où la demande en eau a connu un accroissement dû aux mesures d’hygiène pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Concernant la situation des principaux barrages de la région, le barrage Idriss 1er, dans la province de Taounate, enregistre un déficit de 16%. En effet le barrage a atteint, le 11 septembre 2020, un taux de remplissage de 63% avec un volume de 710 millions de m3, contre 915 millions de m3 (79%) à la même date de l’année précédente. Quant au barrage El Wahda, le plus grand barrage dans le périmètre de Sebou, il enregistre un taux de remplissage de 55%, avec une variation de +1 par rapport à la même date de l’année précédente. D’une retenue totale de 3,522 milliards de mètres cube (MM m3), le barrage El Wahda a une disponibilité d’eau de 1,9 MMm3. Pour sa part, le barrage Asfalou dispose de 155,5 millions de m3 avec un taux de 55% de son remplissage, contre 59% en 2019 (-4%). Le barrage Sidi Chahed est à 72% de son remplissage, contre 87% à la même période en 2019. Actuellement, le volume d’eau stockée au niveau des différentes retenues de barrages du bassin du Sebou est de 3,13 MMm3, ce qui va permettre d’approvisionner en eau potable l’ensemble des villes et centres qui sont alimentés à partir des barrages et assurer l’irrigation au niveau du bassin du Sebou, notamment au niveau des périmètres irrigués de la plaine du Gharb.


Des ressources qui se tarissent
Il faut rappeler que le bassin du Sebou joue un rôle primordial dans le développement socioéconomique de la région. En effet, les barrages du bassin servent à une population de 6,2 millions d’habitants, dont 30% vivent dans la zone de la plaine du Saïss, qui regroupe les villes de Fès, Meknès et une dizaine de centres urbains. La population urbaine, qui est localisée dans 73 villes et centres du bassin, est estimée à 3,7 millions d’habitants tandis que la population rurale est localisée au niveau de plus de 6.000 douars. Le bassin du Sebou dispose d’une économie agricole et industrielle qui contribue de façon importante à l’économie nationale. Cependant, l’irrégularité des précipitations constitue un facteur limitant du développement socio-économique de ce bassin. Son activité économique est marquée par la prédominance de secteurs, tels que l’agriculture, avec environ 21,4% de la surface agricole utile totale du pays, ainsi que l’industrie. Le bassin de Sebou est l’un des plus importants bassins hydrauliques du royaume, puisqu’il est étendu sur une superficie de 40.000 km2, et renferme 30% des ressources en eau de surface, et 25% du potentiel des eaux souterraines du Maroc. La dotation en eau par habitant dans le bassin du Sebou est de 1.067 m3/an, et va diminuer à 735 m3/an à l’horizon 2030. Il dispose de plusieurs activités agricoles importantes sur 1,8 million d’hectares, dont 357.000 ha irrigués. Le bassin connaît une activité industrielle très développée et des unités impactent négativement le bassin.

32 barrages pour le renforcement des eaux de surface du bassin
L’Agence du bassin hydraulique du Sebou (ABHS) est actuellement en cours d’actualisation de son Plan d’aménagement intégré des ressources en eau (PDAIRE). Ce dernier ambitionne de mettre en place 10 nouveaux barrages de «forte contenance» dans le bassin de Sebou, entre 2020 et 2050. D’une capacité additionnelle de stockage de près de 2.300 millions m3, ces 10 ouvrages hydrauliques visent à améliorer la gestion des crues et renforcer la mobilisation des ressources en eau de surface du bassin. À court terme, d’ici 2027, le bassin connaîtra la réalisation de 32 barrages, dont 4 de «forte contenance». Nécessitant une enveloppe de 6,7 MMDH, ces 4 barrages vont permettre l’amélioration des ressources en eau de la région à hauteur de 1,287 MM m3. D’ici la fin du programme (2027), la capacité du stockage du bassin du Sebou va passer de 5,549 MM m3 à plus de 8 MM m3.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page