Culture

Exposition : l’œuvre au cœur blanc de Abdelkhalek Belfquih

La Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger organise, du 8 octobre au 5 novembre, l’exposition «Cœur Blanc» de l’artiste peintre Abdelkhalek Belfquih, à l’Espace Rivages.

Abdelkhalek Belfquih propose une exposition où les belles valeurs règnent, surtout dans ce contexte difficile de pandémie. Artiste maroco-français, il oscille entre la calligraphie, la peinture et la poésie. Une approche artistique qu’il nomme «Callipainting». Ses travaux ne se soumettent à aucun étalon préétabli à l’aune duquel on pourrait les évaluer, et constituent un fait pictural en formes et en couleurs avec une finalité précise : transmettre un message de paix.


«Depuis tout jeune, la curiosité m’a conduit à marcher des dizaines de kilomètres en observant la nature. Dans mon pays natal, le Maroc, j’ai pu effectuer de multiples séjours à travers toutes les villes et les douars, de Tanger à Dakhla. J’ai dirigé bénévolement des ateliers de recherches picturales, sous les tentes, escorté par les Forces armées royales (FAR), au profit des jeunes, d’Errachidia, Ouarzazate, Tata, Agadir, Guelmime, Tan-tan, Tarfaya, Smara, Laayoune, Boujdour et Dakhla. Parfois même, sous les tirs des mercenaires du Polisario. Avec les jeunes issus des provinces sahariennes marocaines, j’ai passé plus d’un an près de Laayoune sous les tentes, j’organisais des ateliers, au camp de l’union (Al Wahda), encadré par la Minurso. En traversant les mers et les océans, je suis resté ébahi par les cimes des hauteurs européennes, les lacs suisses, les places des artistes et les théâtres français, à Java, le mont Karakatau et l’art du Wayang Kulit, le Passar Seni, le parfum du clou de girofle qui envahit l’espace public», confie l’artiste dans un communiqué de presse.

L’Espace Rivages accueille l’exposition «Cœur Blanc», dans un contexte de crise sanitaire après l’avoir organisée virtuellement, durant les mois de confinement. Une exposition paisible et aux belles valeurs. «L’arbre est fécond s’il a des racines ancrées au sol. Je suis persuadé que si on est conscient de notre origine, qu’on sait d’où on vient, on saura où on va ? À partir de ma culture et de mon éducation, basée essentiellement sur les principes de l’amour, la tolérance et surtout la paix = SALAM, je suis convaincu que la terre est Humaine et que tous les Humains doivent vivre en paix, malgré la vague obscurantiste qui nourrit la haine et le terrorisme», poursuit l’artiste. Les visites n’exigent pas de prise de rendez-vous et l’exposition se fait dans le respect des règles sanitaires imposées par la pandémie. 

Jihane Bougrine / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page