Opinions

Et si on se confinait un jour par semaine ?

EDITO. La vigueur avec laquelle évolue la courbe des cas positifs sème un climat des plus anxiogènes chez les Marocains. Malgré cela, personne n’a envie de revivre le feuilleton du confinement généralisé, même si cette stratégie a fait ses preuves sur le plan sanitaire. Il faut dire que la facture économique des 82 jours de confinement est trop lourde.

Pourtant, il faudra bien trouver une solution, une vraie ! Ce dont nous avons besoin, c’est d’adopter une démarche de prévention proactive, pérenne et dont les frais pour l’économie nationale et la santé publique seraient moindres. D’où l’intérêt de prendre au sérieux les pistes de réflexion émises par le Haut-commissariat au Plan. Les équipes d’Ahmed Lahlimi ont réalisé une simulation des impacts qu’aurait une stratégie de confinement généralisé d’un jour par semaine à l’échelon national et au niveau de trois principales régions. Les données ont été reliées aux prévisions établies à l’horizon du 31 décembre 2020. Il en ressort notamment que si l’État venait à confiner les Marocains, un jour par semaine pendant six semaines, la transmissibilité du virus pourrait être réduite de 10%.


Au niveau national, le HCP nous indique qu’avec cette option, la réduction des nouvelles contaminations pourrait atteindre 72.000 cas à fin décembre. Ingénieux ! Pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt ? Cela aurait pu être un scénario «bénéfique» au sortir du confinement généralisé. Imaginons que les employeurs s’approprient l’idée de mettre leurs équipes au télétravail, un jour par semaine : moins de déplacements dans les transports en commun, moins de pauses café-repas-cigarette, moins d’échanges de documents physiques et forcément plus de distanciation… Imaginons aussi que le gouvernement suive cette piste. Vu la situation épidémiologique actuelle, pouvoir réduire de 10% la transmissibilité du virus serait une réelle aubaine. Et encore, ces projections ne portent que sur six semaines. Une durée plus longue et un dispositif adapté donneraient certainement de meilleurs fruits. Tout cela pour une journée, pas plus. Quelquefois, il suffit de peu pour bien faire. 

Meriem Allam / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page