Now Reading
Endesa reste au Maroc

Endesa reste au Maroc

Suite à notre article publié sur la fermeture du bureau de représentation d’Endesa à Casablanca, Enel, le groupe italien multi-services (électricité, eau, gaz) et maison mère d’Endesa, a souhaité apporter des éclairages par rapport aux informations «erronées» parues sur le départ de sa filiale Endesa du Maroc. Il est à noter qu’au Maroc, Enel est un groupe qui opère à travers ses filiales Endesa et Enel Green Power.

Pour le groupe, Endesa Generación ne quitte pas le Maroc. «La fermeture du bureau de représentation à Casablanca est un acte d’arrangement administratif qui n’implique aucun changement dans l’activité d’Endesa au Maroc», nous explique le porte-parole du groupe Enel. Il est à noter dans ce sens qu’Endesa Generación garde sa participation de 32% dans la Centrale thermique de Tahaddart. Le porte-parole d’Enel tient à souligner qu’Endesa au sein du Groupe Enel au Maroc se projette sur le long terme au royaume. Enel explique également qu’il n’a jamais été question pour Endesa de se développer dans les énergies renouvelables au Maroc. «Le développement des énergies renouvelables n’a jamais fait partie de la stratégie d’Endesa au Maroc. Les énergies renouvelables au Maroc, notamment le projet éolien 850 MW, sont menées par Enel Green Power (EGP), filiale Renouvelable du groupe Enel, en consortium avec le groupe Nareva», est-il indiqué

Ambitions du groupe
Dans cette dynamique, le groupe Enel ambitionne de devenir un des acteurs de référence dans le secteur des énergies renouvelables au Maroc. «Le Groupe Enel dispose d’une stratégie à long terme pour le pays, lorgnant toutes les opportunités pertinentes qui pourraient se présenter», affirme Werther Esposito, directeur Enel Green Power Maroc.

Le Groupe Enel opère au Maroc depuis 2012 dans le secteur des énergies renouvelables. «Le royaume représente pour nous une réelle opportunité aussi bien à l’échelle du pays que du continent africain. L’environnement socioéconomique et politique ainsi que la qualité des ressources solaires et éoliennes du pays nous ont convaincu de la viabilité d’un investissement sur le long terme», ajoute Werther Esposito.

Pour rappel, le groupe Enel a réussi, par l’intermédiaire d’Enel Green Power, à remporter l’appel d’offres du projet éolien de 850 MW attribué au consortium détenu à parts égales par EGP et Nareva. Le groupe érige aussi un parc éolien à Midelt de 180 MW. Il est également en phase de développement du projet éolien Aferkat de 80 MW dans la région de Guelmim. Sans oublier que le Groupe Enel détient, par l’intermédiaire de sa filiale Endesa, une participation de 32% dans la Centrale de gaz à cycle combiné d’environ 400 MW.

Lire aussi

«Notre ambition est d’investir dans la stratégie énergétique du royaume en insufflant notre culture d’entreprise et notre vision à 360° du secteur énergétique renouvelable», affirme Werther Esposito. En effet, pour Enel, l’économie circulaire est une priorité.

Dans l’ensemble de ses projets au Maroc, le groupe recycle 100% de ses déchets et tente de généraliser la réutilisation des eaux à toutes les étapes de réalisation. Le groupe s’engage aussi à maximiser, d’une part, l’impact social de ses projets à travers l’employabilité des populations, d’autre part l’impact économique en associant les PME locales sur l’ensemble de la chaîne de valeur du projet. «Notre approche CSV (Created Shared Value) nous incite aussi à promouvoir la formation professionnelle et l’éducation dans les sites cibles. En résumé, nous pouvons affirmer qu’Enel ne vend pas seulement des technologies ou des process mais surtout de la durabilité», explique le directeur Enel Green Power Maroc. Pour rappel, le Groupe Enel est présent dans plus de 30 pays et compte plus de 68.200 employés dans le monde. À ce jour, il exploite un total de plus de 88 GW dont environ 46 GW renouvelables.

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés