Société

En chiffres, comment le smartphone peut-il détruire la vie sexuelle des couples

 

Première de son genre au Maroc, la recherche sur l’impact des smartphones sur les performances sexuelles chez les femmes et les hommes apporte des éléments édifiants. Elle a été présentée hier jeudi à la presse, à l’Hôpital universitaire Cheikh Khalifa de Casablanca. Les détails…
 
C’est devant un public captivé que les résultats de la première étude sur l’impact des smartphones sur les performances sexuelles chez les femmes et les hommes ont été dévoilés, hier à Casablanca.
 
Portée par la MAPA, la société de médecine addictive et pathologies associées et l’hôpital Cheikh Khalifa, l’étude se propose d’étudier le degré d’addiction des Marocains à leurs smartphones. Sortant ses sentiers battus, ladite étude a passé sous scan un aspect médical auquel les différentes études et recherches vulgarisées jusqu’à présent, n’ont pas forcément prêté attention. Il s’agissait pour ces chercheurs, de voir dans quelle mesure l’addiction aux téléphones portables et à la navigation sur Internet et les réseaux sociaux peut-elle couper l’individu de son environnement, voire de son couple. Ce sont ainsi une centaine de couples mariés qui ont été sondés dans le cadre de l’étude.
 
«En 1989 la famille était réunit, en 2019, elle est déchirée»
 


Troubles du sommeil, problèmes de concentration, échec scolaire, enfermement… la liste des conséquences négatives de l’avènement des smartphones dans nos vies est longue, chacun des impacts recensés étant plus lourd que l’autre.
 
La vie sexuelle aussi? 
 
L’étude dévoilée par le Docteur Redouane Rabii, le chef du département de santé sexuelle et d’urologie à l’Hôpital universitaire international Cheikh Khalifa, nous apprend que 75,2 des personnes sondées sont accro, 85% de la communauté utilisent leurs smartphones simultanément avec d’autres produits électroniques. De manière générale, «Les Marocains regardent leurs smartphones 117 fois par jour», s’est alarmé le Dr Jaafar Haikel, spécialiste en maladies infectieuses et santé publique et professeur de médecine préventive. Le spécialiste explique que le stress est l’ennemi numéro 1 de la stabilité de la vie sexuelle et que cette addiction est de nature à déséquilibrer l’harmonie dans les couples, d’où la nécessité de la prendre au sérieux et de tout faire pour contrer cette addiction et en préserver les enfants aussi.

«Des couples se brisent chaque jour à cause des téléphones»
 

 
 
De son côté, la psychologue et addictologue Leila Amrani a invité les parents à imposer des règles dans leurs foyers, par exemple, en interdisant l’usage des téléphone pendant les repas en famille. Mais, comment faire quand il faut impérativement garder le contact entre parents et enfants durant la journée? Leila Amrani conseille d’éviter de mettre les smartphones entre les mains des enfants. « Un simple téléphone classique suffira », rétorque-t-elle.
 
 

Du coup, dans les chambres à coucher, les smartphones sont encore plus non gratae. En effet, l’étude a décelé que 87,7 des personnes utilisent leurs smartphones dans leurs chambres à coucher, dans la salle de séjour ou en voiture, tandis que 18,6% seulement des personnes mettent leurs téléphones en mode avion avant de se coucher. En toile de fond, les conclusions de l’étude renseignent que 50,5% ne sont pas satisfaits de leur sexualité, et 11,5 des personnes enquêtées rapportent des troubles érectiles sévères. En ce qui concerne la libido, 35% ont affirmé souffrir d’une baisse de libido, et 20,4 présentent une éjaculation précoce. 20% des femmes ont affirmé présenter une dyspareunie.     

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer