Now Reading
Emergence du hantavirus : les spécialistes rassurent

Emergence du hantavirus : les spécialistes rassurent

Au moment où une atmosphère de soulagement relatif règne en Chine, après avoir pratiquement cerné l’épidémie du coronavirus dans diverses villes et provinces du pays, y compris la ville de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, les Chinois ont été surpris par la diffusion, largement répandue, des informations sur un décès dû à l’infection par le hantavirus dans le nord ouest du pays.

Un travailleur migrant du Yunnan est décédé cette semaine dans la province du Shaanxi (nord-ouest de la Chine) sur le chemin du retour au travail, et un test ADN a révélé que le travailleur avait été infecté par le hantavirus.

Les nouvelles qui ont circulé sur les réseaux sociaux ont alarmé les pionniers d’Internet sur la nature de ce virus et l’étendue de sa propagation et sa gravité et ont déclenché diverses spéculations et hypothèses.

Elles ont en effet rétabli les préoccupations d’isolement sanitaire, de fermetures de villes et de nécessités de confinement, dont de nombreux Chinois vivent jusqu’à présent avec les répercussions.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le virus Hanta est d’origine animale et provoque plusieurs maladies, dont l’essoufflement.

L’infection est transmise à l’homme principalement par inhalation de gouttelettes ou par contact avec les restes de rongeurs, excréments ou salive infectés.

L’organisation affirme que les symptômes de cette maladie sont des maux de tête, des étourdissements, de la fièvre accompagnée de tremblements, des douleurs musculaires et des problèmes gastro-intestinaux tels que des nausées, des vomissements, de la diarrhée et des douleurs abdominales, suivis d’une blessure soudaine, d’essoufflement et d’une pression artérielle basse.

Il est à noter que les symptômes de ce virus sont très similaires aux symptômes du coronavirus, tels que fièvre, toux et essoufflement, mais les experts chinois ont cherché à rassurer le public et à confirmer que le hantavirus n’est pas nouveau et ne se transmet pas entre humains, contrairement au virus Covid-19”, dont la propagation est rapide.

À cet égard, l’expert chinois sur les maladies endémiques, Zuo Shifu, de l’Institut de contrôle et de prévention des maladies endémiques du Yunnan, dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), rapporte que “Le Yunnan a signalé 1.231 infections par le hantavirus, entre 2015 et 2019, avec un seul cas mortel”. “Aucune transmission interhumaine n’a jamais été signalée, et il existe un vaccin contre cette maladie”, a-t-il indiqué, ajoutant que “le public n’a pas à s’inquiéter”. Un travailleur migrant du Yunnan est récemment mort dans la province du Shaanxi (nord-ouest), sur le chemin du retour au travail, et un test d’acide nucléique a révélé que le travailleur était positif au hantavirus.

Zuo a expliqué que les modes de transmission de l’hantavirus comprenaient des sources animales, telles que les rats porteurs du virus, et les acariens présents chez les rats. Le taux de mortalité de cette maladie est d’environ 0,83% au cours des dix dernières années, a-t-il déclaré. Comme les conditions médicales se sont améliorées ces dernières années, la plupart des patients peuvent être détectés et guéris. “La toxicité du virus est faible, c’est la raison pour laquelle le taux de mortalité est faible”, a-t-il ajouté.

Pour sa part, le journal chinois “Global Times” a écrit que la nouvelle du décès causé par le virus au milieu de la pandémie de Covid-19 a suscité de nombreuses inquiétudes parmi les internautes, beaucoup s’inquiétant de sa transmission entre humains et devenant un double coup dur pour l’humanité alors que l’épidémie de Covid -19, n’est pas encore finie.

Elle a déclaré que le travailleur, surnommé Tian, ​​retournait au travail lundi avec 29 autres personnes dans un bus, mais il a commencé à se sentir mal en chemin et a été envoyé à l’hôpital de Ningshan, dans la province du Shaanxi, et est décédé lundi malgré les traitements.

Lire aussi

Mercredi, les autorités du comté de Ningshan ont déclaré que tous les autres passagers avaient été testés pour le nouveau virus Corona et qu’il était négatif, alors que leurs tests au Hanta étaient toujours en cours.

Yang Zancheo, virologue à l’Université de Wuhan, a déclaré au journal qu’il est peu probable que le patient infecte ses compagnons de voyage, bien qu’ils soient avec lui dans le même bus, car l’infection ne se produit généralement pas entre les personnes.

Il a déclaré : «Vous n’avez pas à vous soucier du Hanta. C’est une maladie qui peut être prévenue et contrôlée, et il existe des vaccins pour la prévention. Notant que l’incidence dans les villes urbaines est très faible, car la maladie se retrouve principalement dans les villages où les rongeurs apparaissent.

Le journal a souligné qu’après la mort du travailleur en raison du virus, des experts de la province du Yunnan ont entamé une enquête épidémiologique, notant qu’au cours des cinq dernières années, la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine, avait signalé 1.231 patients atteints du virus Hanta, et que plus de 200 cas sont signalés. Dans cette province chaque année.

 

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés