Politique

El Otmani : le gouvernement ne va pas changer sa stratégie, mais…

Quels enseignements faut-il tirer de la crise sanitaire ? Interpellé sur cette question par les parlementaires de la Chambre des conseillers, le chef de gouvernement, Saad Dine El Otmani affiche, encore une fois, son optimisme en dépit de l’ampleur des dégâts sur l’économie nationale et l’emploi. 

Le chef de gouvernement défend, bec et ongles, les choix gouvernementaux en matière de gestion de la crise sanitaire qui a frappé, de plein fouet, plusieurs secteurs économiques et impacté, par conséquent, les emplois. Saad Dine El Otmani estime que l’économie marocaine s’est montrée résiliente grâce aux réformes déployées au cours des dernières années ainsi qu’aux mesures urgentes prises pour soutenir le secteur privé. Aujourd’hui, le gouvernement ne compte pas changer, de fond en comble, ses stratégies, mais il entend plutôt miser sur la convergence des différents programmes sectoriels et accélérer leur mise en œuvre, comme le laisse entendre le chef de l’Exécutif.


C’est d’ailleurs, dans ce cadre-là que s’inscrit la tenue, au cours des dernières semaines, des réunions des différentes commissions nationales ou interministérielles, comme celles du climat des affaires et de la promotion des investissements. Le gouvernement mise sur cinq leviers: la consolidation de la résilience de l’économie marocaine, le renforcement de la compétitivité des entreprises, la promotion des investissements publics et privés ainsi que du partenariat public-privé, le renforcement de la production nationale ainsi que l’intégration du secteur formel dans l’économie formelle.

Le Maroc compte, par ailleurs, tirer profit de la recomposition de la carte mondiale des échanges. Il faut dire que le gouvernement s’attelle à atteindre cet objectif depuis le début de la crise. Le gouvernement est convaincu que le royaume dispose de plusieurs atouts lui permettant de bien se positionner sur le plan international. Sur le plan social, la priorité sera accordée aux secteurs de l’enseignement et de la santé, selon El Otmani. Rappelons à cet égard que le gouvernement a été vertement critiqué sur ces deux dossiers, au sein du Parlement, lors de l’examen du budget rectificatif de la loi de Finances. Le gouvernement est très attendu pour augmenter les budgets de ces secteurs et promouvoir la sauvegarde de l’emploi. La protection sociale n’est pas en reste.

À cet égard, le chef de gouvernement s’engage à accélérer la cadence pour faire bénéficier les professions libérales et les indépendants de la couverture sociale.

Jihane Gattioui / Les Inspirations ÉCO

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer