A lire aussi

14-10-2019 09:37

Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï

La sélection marocaine a remporté le Championnat arabe du muay-thaï qui a pris fin dimanche dans la…
Rejoignez nous sur :
Économie

Ces reconnaissances de leur capacité respective à installer correctement les panneaux photovoltaïques leur ont été remis par le ministre de l’Énergie, des mines et du développement durable, pour une durée de deux ans renouvelable.

En marge de la journée organisée par l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE), l’Association marocaine de l’industrie solaire et éolienne (AMISOLE) et le Cluster solaire sur «les mécanismes de financement des projets dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique», le 20 juin dernier à Casablanca, quelques 28 labels Taqa pro ont été remis à des entreprises lauréates. Ces certificats Taqa Pro de reconnaissance de leur aptitude d’installateurs professionnels de systèmes de pompages solaires et de panneaux photovoltaïques ont été remis aux dirigeants de ces entreprises par Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, des mines et du développement durable. Cela s’est notamment passé, en présence de Saïd Mouline, le directeur général de l’AMEE, Merethe Nergaard, ambassadeur de Norvège au Maroc, Saïd Elhadi, président de la Commission Nouvelle économie climat à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Fatima Zahra El Khalifa, directrice générale de Cluster Solaire et de Khalid Semmaoui, président de l’Amisole. À signaler qu’au total 14 entreprises ont reçu des certificats Taqa Pro pompage solaire. Il s’agit précisément d’AES, d’Azolis, de Bougmaz Connect, de DLM EnR,de Keem Sol Energy, de Magray Travaux, de Menara Technology, de Myfak, de NPSOL, de Renpower, de Sami Solar, de Solarsys, de Suratem et de l’entrepreneur Driss El Massoudi. Tandis que l’autre moitié des installateurs, composée d’Awas, d’Azolis, de Cleanergy, d’Econosol, d’Elexpert, d’Energy Transfo, de Green Yellow Morocco, de Jet Energy, de MCT Solaire Energies, de NRJ International, de Quadran Maroc, de SEWT et de Termasol, ont obtenu des certificats Taqa pro PV+.

Coordonner la prochaine libéralisation
Rappelons que ces labels sont lancés pour organiser le métier d’installateur photovoltaïque, rassurer les utilisateurs et booster le secteur qui connaitra bientôt une libéralisation de la production électrique de basse tension à partir de sources renouvelables. Ils sont attribués pour une durée de deux ans reconductible si l’entreprise redépose un dossier prouvant notamment qu’elle a effectué un nombre minimum d’installations, avec l’éventualité de repasser la formation ou le test d’admission. Le label Taqa Pro Pompage solaire accompagne les installateurs de systèmes photovoltaïques pour l’agriculture, l’eau potable et l’adduction d’eau. Alors que le label Taqa Pro Pv+ a été délivré aux installateurs de systèmes photovoltaïques de moyenne et grande puissances compris entre 20 kilowatts et 2 mégawatts. Autrement dit, cette dernière catégorie d’entreprises labellisées, c’est-à-dire les gros calibres du groupe, pourraient individuellement réaliser jusqu’à 30 MDH de chiffre d’affaires annuel sur deux ans, soit le double des premières citées à savoir 15 millions DH par an. C’est en tous cas, sur ce critère-marché là que les labels ont été attribués par le Ministre. Autrement dit, ces labellisés pourraient animer chaque année un marché national de 630 millions de DH sur le photovoltaïque. Ce qui est somme toute raisonnable pour le marché local qui est appelé à grossir dans l’efficacité énergétique où plusieurs opportunités sont à saisir localement et à l’international.

En effet, «le but ultime de cette initiative est de créer un écosystème national d’industriels reconnus dans ce secteur naissant», a expliqué Aziz Rabbah qui nourrit une ambition hautement stratégique pour ces derniers et pour le Maroc. C’est celle qui consiste à préparer le royaume pour qu’il puisse capter une part des 1000 milliards de dollars d’investissements prévus dans l’efficacité énergétique dans le monde à l’horizon 2025. À signaler que ces labels ont été attribués par le Comité de gestion mis en place par les trois partenaires du projet, suite à une convention tripartite. D’ailleurs, c’est ce comité qui gère tout le processus de labellisation, à savoir le recrutement, les formations et même le contrôle et le suivi des installations ainsi que les éventuels conflits qui pourraient survenir à la suite de poses.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages