Éco-Business

Diplômes marocains: les établissements publics dominent le classement, devant HEM

« Si moi je l’ai fait, vous le pouvez aussi », écrit Youssef Ziraoui, Directeur de publication et fondateur de « Campus Mag », dont le numéro vient de paraitre.

Le diplôme délivré par l’ISCAE s’est classé premier parmi les autres écoles marocaines publiques et privées de commerce et de management dans le palmarès publié annuellement par le magazine marocain «Campus Mag».


Le magazine a ainsi publié un « baromètre des diplômes d’enseignement supérieur au Maroc » en collaboration avec le cabinet de ressources humaines DIORH. Ce classement se base sur plusieurs critères. Ainsi sont pris en compte, la notoriété spontanée des établissements d’enseignement supérieur, la qualité des établissements et le niveau de rémunération des diplômés.

Placé sous la tutelle du ministère de l’industrie, l’ISCAE a formé pendant 50 ans des managers de haut vol. L’ENCG tire très bien son épingle du jeu, avec la 2ème et 3è places respectivement pour ENCG-Settat et ENCG-Casablanca. À la 4ème position, on retrouve la «Business Administration School» de l’Université Al Akhawayn, suivie de HEM (5ème), première école privée dans ce palmarès.

«Plus de trois décennies de travail, de sérieux et un modèle pédagogique qui, même si évolutif, a, dans son ensemble, toujours conservé ses fondamentaux : valeurs fortes, sens de l’éthique, programmes avec un équilibre systématique entre dimension technique et dimension soft skills, ouverture à l’international, partenariats avec les meilleurs, recherche… et ce, en répondant au mieux aux besoins de l’entreprise et en tendant toujours davantage vers l’excellence», commente Yasmine Benamour, directrice générale de HEM. «Nous faisons tout pour que le marché du travail, les recruteurs apprécient tout cela à travers nos lauréats et nous sommes heureux que ce soit le cas aujourd’hui», ajoute la présidente de LCI Éducation Afrique.

Suivent ensuite deux ENCG: Tanger et Agadir (6ème et 7ème). La Faculté des sciences juridiques, sociales et économiques de Casablanca-Ain Chock n’est pas bien loin dans ce top-10, puisqu’elle occupe la 8ème place, talonnée par l’ESCA, puis une autre ENCG, celle de Marrakech. L’ENCG-Settat a ouvert son réseau avec ENCG-Settat qui a eu par la suite des « petites sœurs » dans 20 villes marocaines, de Oujda à Dakhla.

Considéré comme le baromètre des diplômes marocains, Diorh-Campus Mag est un instrument de mesure qui s’appuie exclusivement sur le point de vue d’un panel de DRH des plus grandes entreprises de l’économie marocaine, avec un large spectre d’activités, notamment les banques, les assurances, les entreprises industrielles et les services. Il vient ainsi combler l’absence d’outils fiables pour mesurer la qualité de l’enseignement supérieur au royaume, dans ce contexte particulier que nous vivons, où les enjeux d’éducation et d’employabilité n’ont jamais été aussi aigus. Le baromètre Diorh-Campus Mag a pour ambition de guider et de nourrir la réflexion quant à la valeur des diplômes reconnus au Maroc, tels qu’ils sont perçus par les employeurs.

K.M. et S.Z.

 

 






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page