Now Reading
Covid-19: des startups au chevet des malades

Covid-19: des startups au chevet des malades

Partout dans le monde, le recours à l’intelligence artificielle pour lutter contre le Coronavirus est de plus en plus à la mode. Des chercheurs américains et chinois ont annoncé lundi avoir mis au point un outil utilisant l’intelligence artificielle pour prédire quels malades du Coronavirus développeront des complications pulmonaires graves. Au Maroc où le gouvernement travaille sans relâche depuis le début de la crise liée au Coronavirus pour tenter de limiter les dégâts qui découlent de la pandémie, la tech se mobilise pour hacker le Covid-19 !

La Fédération des technologies de l’information de télécommunication et de l’offshoring (APEBI) qui s’est mobilisée très tôt dans la lutte que mène le Maroc contre le virus et ceci à travers plusieurs initiatives destinées aux acteurs des technologies digitales, aux entreprises et depuis peu, au plus grand nombre, met les technologies digitales au service de la situation. Parmi ses initiatives, l’appel à projets innovants HackCovid : Moroccan Tech Against Covid-19, lancé le 21 mars dernier a connu un franc succès ! Un succès témoignant de la capacité des Marocains à s’engager, à donner le meilleur, à réfléchir, à innover et à mettre en exergue des compétences uniques dont notre pays au service d’une noble cause nationale, estime la fédération. Cet esprit du don et du dépassement de soi, de solidarité et de résistance face à l’ennemi, le Covid-19, «nous rend à l’APEBI fiers de soutenir et de croire en l’écosystème technologique marocain», dira-t-on. Le premier batch a vu plus de 100 candidatures spontanées, issues de startups, de TPEs/PMEs, de groupes d’étudiants, d’écoles, d’universités, d’acteurs associatifs, d’experts locaux et issus de la diaspora, ce qui prouve la prise de conscience de ces jeunes et moins jeunes passionnés de technologie et leur état d’esprit orienté solutions.

Des projets concrets réalisables maintenant
«Face à l’immense qualité des réponses, l’APEBI a mis en place, avec ses partenaires, un comité de sélection des projets retenus pour le batch 1 et il a été difficile de trancher face à autant de talents et de volonté», ajoute la fédération soulignant que la sélection des projets s’est faite selon les priorités identifiées par les autorités. Au total, 17 projets ont été retenus sur les différents thèmes du challenge, à savoir la solidarité, la sécurité, le sanitaire et l’économie de crise souligne Nasser Kettani, en charge du programme HackCovid au sein de l’APEBI estimant que certains de ces projets aideront les autorités, d’autres les médecins, les associations ou encore nos concitoyens à pouvoir traverser plus sereinement cette période de crise et continuer à avoir des activités en phase avec leurs besoins tout en respectant les circonstances actuelles.

«Dans le domaine de la santé, par exemple, nous avons une startup qui imprime des masques 3D et une autre spécialisée dans la prise de rendez-vous pour les personnes souhaitant faire une consultation avec un médecin», explique-t-il. Il faut dire que «les bonnes idées qui nous parviennent sont extraordinairement nombreuses», ajoute Kettani pour qui, «en plus de ces deux startups que je viens de citer, il y a d’autres solutions très intéressantes qui seront prochainement mises sur le marché comme celles destinées à collecter des dons ou permettant aux personnes démunies d’exprimer leurs besoins à leur entourage en un clic».

Lire aussi

Partir à la chasse de toutes les bonnes idées
Notons que de grandes institutions nationales et internationales soutiennent cette initiative de par leurs moyens d’ordre financier, leurs expertise, médiatisation ou mise à disposition de ressources technologiques. Parmi elles, le groupe OCP, la Banque mondiale, la CGEM, l’AUSIM, ADD, CNDP, INWI, IBM et Microsoft ainsi que de nombreuses autres institutions. L’APEBI met à la disposition des porteurs de projets cinq piliers d’accompagnement, à savoir financier pour essayer dans la mesure du possible de couvrir a minima les coûts du projet, technologique, via des partenaires prêts à aider en provisionnant des ressources technologiques, humaines et matérielles. La fédération encadre les jeunes pousses sélectionnées sur le plan de la réglementation avec la CNDP qui met à la disposition de ces innovateurs et startups un accompagnement dédié pour les aider à innover. En plus de la conformité, l’APEBI se chargera de la promotion et de la mise en relation entre porteurs de projets, autorités et corporations nécessaires à une adhésion des utilisateurs finaux aux projets qui les concernent. Le projet est étalé sur trois phases dont la dernière sera consacrée aux startups de tous les pays du continent. La deuxième étape de sélection a démarré cette semaine.

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés