Maroc

Covid-19 : Casablanca va-t-elle dépasser les 2000 cas par jour ?

Le Maroc doit s’attendre à une poursuite de l’augmentation des contaminations, avec la possibilité de dépasser les 2.000 cas par jour à fin décembre pour la seule Région Casablanca-Settat, estime le Haut-commissariat au Plan.

Les perspectives d’évolution épidémiologiques ne sont pas rassurantes. Les semaines et mois à venir s’annoncent «préoccupants», alerte le Haut-commissariat au Plan (HCP) dans une note, craignant ainsi la possibilité de déferlement d’une vague de contamination plus forte en cas de levée des mesures de confinement partiel actuellement en vigueur dans certaines zones. Dans sa dernière publication Les Brefs du Plan consacrée à la «Situation épidémique Covid-19 et perspectives d’évolution au Maroc à l’horizon de fin 2020», le HCP estime que le taux de létalité se poursuivra au rythme de 1,9% suivant les tendances de vulnérabilité.


2.000 cas par jour à Casablanca
Et c’est dans la région de Casablanca qu’il faudra craindre le pire. En effet, selon la même source, les prévisions basées sur les tendances actuelles montrent que la Région Casablanca-Settat s’attend à une poursuite de l’augmentation des contaminations, avec possibilité de dépasser les 2.000 cas par jour à fin décembre. «Cela peut être un signal d’une situation critique de la propagation du virus qui peut nécessiter des mesures strictes», souligne la note. La propagation du virus pourrait également dégénérer dans d’autres régions, notamment à Marrakech-Safi où le HCP s’attend à une poursuite de l’évolution volatile des nouveaux cas journaliers enregistrés. Dans cette partie du pays, «la situation semble instable à la date du 20 septembre pour les deux régions, une vague des contaminations peut se déclencher à tout instant, imposant un maintien des mesures de confinement partiel», alerte l’étude. En revanche, dans la Région Rabat-Salé-Kénitra, la situation sera moins préoccupante, de même que les régions Fès-Meknès et Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. Dans ces localités, l’évolution du nombre de cas infectés quotidiennement est stable, avec possibilité d’«extinction» si les mesures d’autoprotection et le respect des gestes barrières sont maintenus. Le HCP explique à ce niveau que le risque d’aggravation de la situation serait plutôt lié au laxisme des citoyens, quant au respect des mesures de prévention. Le nombre des contaminations atteindrait 20.672 à fin décembre dans la région Fès-Meknès.

Une situation épidémique difficile, mais «supportable»
Concernant les autres régions, le HCP indique que le nombre de cas enregistrés au 20 septembre est maîtrisable si l’on tient compte des mesures préventives, mais l’apparition de nouveaux clusters pourrait générer une vague de contaminations, notamment en cas de non-respect des mesures d’autoprotection. Autre note rassurante : si la situation épidémique s’annonce difficile, elle demeure néanmoins «supportable» par le système sanitaire, précise le HCP. Il faut noter que la publication du HCP offre un éclairage sur la situation épidémique liée à la Covid-19 depuis la levée du confinement au Maroc, ainsi que ses perspectives d’évolution à fin 2020. Elle vise également à examiner l’effet d’une stratégie d’imposition d’un confinement hebdomadaire (1 jour/semaine) sur la tendance prévue des cas déclarés positifs. Cette stratégie pourrait constituer une base pour relancer le débat autour des politiques de riposte face à une montée importante du nombre de contaminations. 

Khadim Mbaye / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page