Opinions

Covid-19 au Maroc. Entre confinement et déconfinement


Said Bennis

Sociologue

A l’instar des expériences d’autres pays, le but du déconfinement par zone adopté par les autorités marocaines est de procéder à une logique d’isolement territorialisé; autrement dit, l’approche retenue entrevoit des mesures de prévention et de maîtrise de la sphère de contamination se basant sur un traçage non pas humain mais spatial et territorial. Le déconfinement dépasse dorénavant les individus et la population, sains ou ceux porteurs du virus ou ceux ayant été contaminés, pour se porter sur les contours géographiques des environnements et des bassins de vie. La zone déconfinée constitue le socle d’un début de déconfinement général de tout le territoire national. Cette logique de déconfinement s’inspire d’une dichotomie ascendante passant de la microstructure à la macrostructure. Le déconfinement miniature est la base du déconfinement généralisé. Cette mesure a pour objectif ultime de capitaliser sur les atouts d’un déconfinement par zone et par là freiner l’allure et le rythme de la pandémie et pouvoir contrôler les pics non seulement au niveau national, macro-territorial, mais aussi à l’échelle régionale et sous-régionale, micro-territoriale (commune, ville, collectivités territoriales, quartier …).


Par ailleurs, le déconfinement à deux vitesses n’est pas un processus irréversible et ne doit pas prêter à confusion: une collectivité territoriale déclarée saine peut passer de la zone 1 «safe» à la zone 2 «insecure» si les mesures de prévention ne sont pas respectées. Par ailleurs, le déconfinement par zone peut se révéler efficace et efficient et peut induire un déconfinement progressif et sécurisé à la seule condition que l’adhésion des individus et des groupes ainsi que leur «posture citoyenne» puissent affermir leur représentations sociales et psychiques de la pandémie et les conduire à l’observation stricte et au respect rigoureux des mesures de prévention et de protection telles que la distanciation sociale, le port du masque… Tout relâchement peut générer une nouvelle vague de contaminations dont les conséquences sont imprévisibles. Il paraît judicieux, de cet angle de vue, d’approfondir et de multiplier les processus de conscientisation citoyenne amenant à une «discipline citoyenne» érigeant un «nous discipliné» à l’encontre d’un «je désinvolte», comme acteur incontournable du devenir du pays, du destin commun et aussi du vivre ensemble. Par conséquent, le succès d’un déconfinement progressif et raisonné peut constituer une motivation collective et un leitmotiv sociétal qui peuvent refonder les sentiments et les ingrédients d’un pacte revigoré de confiance entre citoyens et institutions. Si cette stratégie peut être considérée comme une motivation collective et un leitmotiv pour transiter vers une société de confiance, elle peut être parallèlement, en cas d’échec, un facteur de tensions et de crispations sociales. Mais, au vu du mode de gestion des péripéties de l’ère du Covid-19 par les autorités marocaines, ce scénario paraît infondé, même avec l’apparition de certains foyers de contestation (cas dispersés dans la province de Khemisset…), puisque la gestion a été proportionnellement équilibrée sur les plans matériel (la création d’un fonds spécial dédié à la gestion de cette pandémie) et symbolique, notamment via un plan de communication supporté par les canaux médiatiques publics et semi-publics.

Toutefois, il est essentiel de signaler l’apport positif de la blogosphère dans le maintien d’une certaine forme de sérénité sociale et de mobilisation collective; ce rôle est d’actualité au regard de la nouvelle transition forcée par la conjoncture de la pandémie, transition d’une citoyenneté réelle de facto vers une citoyenneté virtuelle numérique (Netoyenneté). Cette dernière forme de citoyenneté est construite sur une matrice de valeurs qui englobe la solidarité, l’appartenance territoriale, l’identité nationale, le vivre ensemble et le destin partagé. En outre, la reprise de la vie n’est pas un choix, c’est une obligation; le retour de l’activité normale est une nécessité pour renouer avec le rythme de la vie sociale de l’avant-Covid-19 tout en observant les mesures préventives. Le dernier mécanisme adopté par les autorités marocaines, à savoir le regroupement des 700 cas actifs de Covid-19 dans l’hôpital de campagne militaire de Benslimane et de Ben Guérir, est un signe avant-coureur et même un déterminant essentiel d’une vision et d’une stratégie de déconfinement définitif. Un tel mécanisme a permis non seulement d’éviter et d’éradiquer d’éventuels nouveaux foyers de contamination, mais aussi de prévenir de potentiels foyers de résistance et de friction sociale. Partant, la reprise de l’activité dans presque tous les secteurs économiques, administratifs, culturel et autres est devenue pressante eu égard à son coût économique, mais aussi social affectant les composantes du vivre ensemble et du lien social.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer