Now Reading
Corruption. La Gendarmerie royale relance le dossier de Faouzi Benalal

Corruption. La Gendarmerie royale relance le dossier de Faouzi Benalal

L’on croyait le dossier clos avec la destitution de Faouzi Benalal de ses fonctions de président de la commune de Harhoura, les choses semblent être toutes autres avec les derniers rebondissements dans cette affaire.

Démis de ses fonctions en octobre 2018 pour dysfonctionnements administratifs et octroi de marchés publics dans des conditions douteuses, Benalal voit ses charges s’alourdir avec l’avancement de l’enquête de la Brigade nationale judiciaire de la Gendarmerie royale.

Selon des sources bien informées, les éléments de la Brigade judiciaire de la Gendarmerie ont officiellement transmis le dossier d’accusation détaillé de Benalal au procureur général du roi à la Cour l’appel de Rabat.

Les mêmes sources confirment à LesECO.ma que le parquet examine actuellement le dossier avant de le déférer auprès du juge d’instruction, qui enclenchera à son tour les poursuites contre le dirigeant istiqlalien.

Nos sources assurent que la Brigade nationale de la gendarmerie a entendu le président de l’Association nationale pour la protection des fonds publics, l’avocat Mohamed El Ghaloussi.

Cette Association, soulignons-le, est à l’origine de la plainte ayant déclenché la procédure en justice. Le département judiciaire de la gendarmerie a aussi entendu le principal intéressé au sujet de plusieurs violations enregistrées dans l’aménagement et l’habitat dans sa commune. D’ailleurs, plusieurs projets ont reçu le feu vert sans passer par l’Agence urbaine de Rabat. Une étape administrative sine qua none en pareille matière.

Lire aussi

Pour rappel, le procureur du roi auprès du Tribunal administratif de Rabat a décidé en octobre 2018, au nom du gouverneur de Skhirat-Témara, de démettre Benalal de ses fonctions de président et de membre du Conseil de la commune de Harhoura. Le parquet avait basé sa décision sur «les dispositions de l’article 64 de la loi organique n° 113.14 sur les violations et infractions graves à la réglementation communale en vigueur».

Un comité de l’Inspection générale de l’administration territoriale relevant du ministère de l’Intérieur, organe présidé par la gouverneure Zineb Eladaoui, avait lancé ses investigations au sein de la commune de Harhoura.

Le Comité d’inspection a examiné les dossiers du département de l’habitat et de l’aménagement de ladite commune afin de collecter des preuves. Le comité a aussi passé au crible la gestion administrative et technique du département en question avant de se saisir des différentes licences accordées par le président de la commune.

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés