PME

COP22 : La CGEM compte sortir le grand jeu

La CGEM déclinera, cette semaine, les détails de sa feuille de route pour la COP22. Plusieurs annonces phares sont attendues. Les patrons multiplient les contacts et les partenariats pour une participation réussie à ce rendez-vous. La CGEM compte arriver à Marrakech, le 7 novembre prochain, avec un memorandum synthétisant les recommandations des opérateurs marocains.


À quelques semaines de la COP22, le patronat carbure. D’ailleurs, un programme d’action a déjà été ficelé par la Confédération patronale en vue de ce rendez-vous planétaire. Outre les différentes mesures prises à cet effet durant ces derniers mois (leseco.ma), une véritable feuille de route est aujourd’hui fin prête et sera, selon des sources proches de la CGEM. Et pour cause, la CGEM prévoit de se positionner en véritable force de proposition lors de cette manifestation internationale. Une rencontre avec la presse et les partenaires est prévue demain par la CGEM pour annoncer les principales actions prévues.

En tête de liste de ces annonces, la CGEM compte dérouler le détail du statut «Bingo» qu’elle vient de décrocher pour la COP22 et toutes les futures COP. Ce statut est octroyé aux groupes d’observateurs de la société civile dédié au secteur des affaires et de l’industrie. «La CGEM veut être une réelle force de proposition à cet événement ainsi qu’à toutes les COP à venir. C’est dans ce sens qu’elle fait appel à toutes ses expertises internes pour plancher sur la question environnementale et sur le rôle à jouer par le secteur privé marocain pour cette cause», explique-t-on auprès de la Confédération générale marocaine des entreprises. Par «expertise», nos sources à la CGEM entendent la mise en place d’une «task force» dont les membres ont été minutieusement sélectionnés afin de répondre à l’impératif de complémentarité des compétences que pose ce modèle de travail. Présidée par Miriem Bensaleh, cette cellule est composée entre autres de Hanan Hanzaz, vice-présidente de la Commission énergie, climat et économie verte au sein de la CGEM, Abdou Diop, président de la Commission Afrique et Sud/Sud, de Mohamed Fikrat, président de la Commission investissement, compétitivité et compensation industrielle, Adil Zaidi, président de la Commission dynamique régionale, Nabila Freidji, président de la Commission des relations avec les institutions internationales, Neila Tazi, présidente de la Commission communication. En outre, deux grandes institutions seront également représentées dans cette task force, à savoir OCP Group et le GPBM.

L’objectif de ce groupe de travail est «d’apporter son expertise sur la question, mobiliser les forces, accompagner les acteurs majeurs et réaliser le travail de levée de fonds nécessaire à cette manifestation». Elle devra par ailleurs, à l’issue des différentes manifestations et discussions organisées par la CGEM, rédiger un mémorandum qui compilera toutes les recommandations du patronat sur la question environnementale pour être présenté à la COP 22. Notons que la rencontre prévue demain au siège de la Confédération, devrait être marquée par la signature d’une convention de partenariat avec le comité de pilotage de la COP22.  Ce n’est pas tout, puisque «des discussions sont actuellement en cours pour la finalisation de «Side events» avec la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement», nous confie-t-on au sein de la CGEM. Ceci s’inscrit en droite ligne avec les orientations de l’appel de Tanger en faveur du climat, signé en septembre dernier par le roi Mohammed VI et le président français François Hollande.

Cet «appel», rappelons-le, s’articule autour de plusieurs axes dont la sécurité alimentaire, l’utilisation des énergies renouvelables, la préservation des ressources et le transfert technologique, et met l’accent sur la mobilisation des entreprises marocaines, notamment dans le cadre de partenariats avec la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement. Si la CGEM s’active sur plusieurs fronts, c’est essentiellement pour répondre à deux grands objectifs. 

L’idée est en effet  de sensibiliser les   entreprises «au défi du changement climatique dans la diversité de secteurs d’activité et de territoires et la démonstration au tissu entrepreneurial du défi que peut, à certaines conditions, représenter un levier d’innovation, de différenciation marketing, d’opportunités commerciales et de compétitivité», commente-t-on dans les rangs de la Confédération générale des entreprises du Maroc.


Miriem Bensalah Chaqroun
Présidente de la CGEM

Le secteur privé marocain est engagé en faveur de la promotion d’une économie verte et faible en carbone. Nous insistons sur l’importance du partenariat public-privé pour la réalisation des engagements en matière de lutte contre le changement climatique. Les entreprises doivent consommer mieux et polluer moins, ainsi que de promouvoir les énergies renouvelables, tout en restant compétitives».


Une COP22 sur les chapeaux de roue
Décliné en mai dernier, le programme de la CGEM lors de la COP22 sera rythmé par plusieurs manifestations qui seront entreprises avant et pendant la Conférence de Marrakech. Dans un premier temps, plusieurs événements ont été initiés ces derniers mois dans le cadre de la Green Growth Academy-Edition 2016, spécial climat – avec notamment quatre rencontres régionalisées, à Casablanca, Marrakech, Agadir et Tanger traitant respectivement des thématiques suivantes : «Eau et changement climatique», «Tourisme responsable», «Agriculture et pêche et «La transition énergétique au bénéfice des entreprises». Par ailleurs, la CGEM poursuivra les business dialogue avec plusieurs rencontres programmées. Après le Business and Climate 2016 tenu à Londres, un Finance and Climate Summit est prévu en octobre prochain en partenariat avec le GPBM, la FMSAR, le CFC et le West and Recycling for Climate Summit. Enfin, en marge de la 22e conférence de la Convention-cadre des Nations-Unies sur le changement climatique (COP 22), de très nombreuses manifestations, conférences, seront organisées dans le but de mettre en avant le «rôle central des entreprises pour apporter des solutions au défi climatique avec l’aménagement d’un espace dédié aux entreprises». Notons que la présence de la Confédération générale des entreprises sera marquée par le déploiement d’un stand de 100m2.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer