Now Reading
Conseil français du culte musulman: Le suspens sur la succession de Dalil Boubakeur tranché dimanche

Conseil français du culte musulman: Le suspens sur la succession de Dalil Boubakeur tranché dimanche

media

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) devrait désigner, dimanche prochain, son nouveau président.

 

Jusqu’à présent, les tractations internes se sont avérées compliquées, les discussions étant encore en cours.

Pour l’heure, deux noms circulent pour prendre la relève de Dalil Boubakeur, qui assurait l’intérim depuis juillet. Les médias français évoquent les noms de Mohammed Moussaoui, ex-président de cette instance de 2008 à 2013 et président de l’Union des mosquées de France (UMF, proche du Maroc), et Chems-eddine Hafiz, le tout nouveau recteur de la Grande mosquée de Paris (GMP) après la démission surprise samedi dernier de Boubakeur.

Le CFCM, créée en 2003, est le principal interlocuteur des pouvoirs publics sur le culte musulman. Néanmoins, certaines tensions entre les fédérations qui composent ce Conseil seraient à l’origine du manque d’efficacité reproché à cette institution, estiment les observateurs. 

Lire aussi

Emmanuel Macron, qui a plusieurs fois regretté la persistance de cet “islam consulaire” n’a pas renoncé à son projet, évoqué dès 2017, de mieux encadrer le culte musulman. 

Le CFCM est très attendu sur le renforcement de la lutte contre la radicalisation. Fin octobre dernier, après l’attaque à la préfecture de Paris et en pleine polémique sur le port du voile, le chef de l’Etat avait appelé le CFCM à “un changement de rythme pour qu’il combatte, au côté de l’Etat, le communautarisme et l’islamisme”. “Il faut que le CFCM ait une parole forte sur la place du voile, les femmes, l’école”, avait encore dit Macron, qui doit dévoiler un plan contre l’islam radical d’ici à mars.

Après ce rappel à l’ordre, le CFCM s’était engagé à une réflexion sur la mise en place d’un “ordre national des imams”, sur le modèle de l’ordre des médecins ou des avocats. Il avait également promis une “réflexion sur les signes de radicalisation religieuse”. La formation des imams est également régulièrement évoquée comme sujet à améliorer. 

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés