Now Reading
Conseil des langues. Les députés mettent fin à l’hésitation

Conseil des langues. Les députés mettent fin à l’hésitation

La date de dépôt des amendements fixée. Les membres de la commission se focalisent sur les modalités de fonctionnement du conseil.

Le projet de loi organique 4-16 portant création du Conseil national des langues et de la culture marocaine voit le bout du tunnel. En effet et après un premier report dû à une demande émise par les groupes de la majorité, la Commission de l’enseignement au sein de la Chambre des représentants a fixé la date du 18 janvier comme dernier délai pour la réception des propositions d’amendements au projet par le bureau de la commission.

Après l’examen détaillé des dispositions de la loi organique projetée, les membres de la commission devront trouver un consensus avec l’Exécutif en vue d’apporter au texte les réglages jugés nécessaires, essentiellement en matière de mise en œuvre de ses attributions. C’est la référence à la Constitution mais aussi aux engagements pris par le Maroc au niveau international en matière de promotion de la diversité culturelle qui cadrent l’action des membres de la 1re chambre visant notamment à faire converger l’action du conseil national avec les autres intervenants dans le domaine de l’usage et l’apprentissage des langues. Une journée d’étude a été quant à elle organisée avant l’entame de l’examen du projet en vue de permettre aux députés de mettre en lumière les dispositions qui devront être renforcées. Il s’agit des modalités qui seront activées en vue d’assurer la protection des langues arabe, amazighe et hassania mais aussi de la facilitation de la maîtrise des langues vivantes.

Lire aussi

Lors du débat au sein de la commission de l’enseignement, les groupes de la majorité ont décidé de régler de manière conjointe les mesures visant à doter le conseil de missions qui se rapportent à la promotion de l’apprentissage des langues autres que celles qui sont textuellement citées par la Constitution. La composition mixte du conseil sera aussi à l’ordre du jour. La version provisoire du projet met en place 25 membres qui auront un mandat de 5 ans et qui représentent respectivement 6 experts, 9 membres représentant les instances nationales, 4 membres de l’administration ainsi que 2 membres représentant les universités et les instituts de formation dans le domaine des arts et de la culture, enfin 4 membres représentant le tissu associatif. 

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés