Now Reading
Confinement: Zoom sur trois autres films proposés par le CCM

Confinement: Zoom sur trois autres films proposés par le CCM

Pour affronter le confinement, le Centre cinématographique marocain a eu l’idée de mettre en ligne 25 films de réalisateurs nationaux jusqu’au 19 mai. Un nouveau film  est à découvrir toutes les 48h. Zoom sur trois œuvres.

«Secrets d’oreillers» de Jilali Ferhati
(16-17 avril)

Adapté du roman Sarir Al Assrar de Bachir Damoun, ce film, fait avec «beaucoup d’amour» selon le réalisateur, est sublimé par un beau casting composé de trois actrices intenses: Fatima Zahra Bennacer, Majdouline Idrissi et Raouia. Une jeune femme, responsable d’un orphelinat, est convoquée un jour par la police pour l’identification du corps de celle qu’elle avait prise pendant des années pour sa propre mère et qui l’avait élevée dans un environnement malsain, entre prostitution, violence et trafics. Ce jour-là, c’est tout ce passé malheureux, qu’elle avait cru avoir oublié le jour où elle avait quitté sa mère adoptive, Zahia, après avoir appris la mi-vérité sur son identité et son origine en tant que bébé abandonné, qui ressurgit. Ce jour-là aura lieu une douloureuse confrontation avec une petite ville, son passé et tous les personnages qui l’ont hantée… Huitième long métrage du réalisateur, le film se passe à Tétouan. «Adapter un roman est tout simplement deviner ce qui peut être lu entre les lignes, sans que le mot ne s’attarde sur son propre sens, le détourner, l’annihiler et le réinventer loin de ce sens qui l’a figé. Pourquoi pas, un sens différent et dans l’autre sens. Un scénario n’est pas forcément raconter une histoire; il est atmosphère avec sa teneur émotionnelle d’abord; il ne doit pas seulement raconter, mais vous pousser à vous rappeler qu’il est le vôtre aussi», avait confié Jilali Ferhati à la presse.

«Sotto Voce»
Kamal Kamal
(18-19 avril)

Ce long-métrage revient sur la période de la guerre d’indépendance de l’Algérie et les efforts fournis par les Marocains afin d’apporter leur soutien aux combattants algériens. Il suit les aventures d’un passeur marocain, chargé de faire fuir un groupe de sourds-muets. Mais ce dernier est contraint de changer d’itinéraire en empruntant un point de passage situé dans la région de Beni Boussaïd, à la frontière entre le Maroc et l’Algérie. Un point de passage électrifié et truffé de mines… Un film au casting fort avec Amal Ayouch, Amal Setta, Jihane Kamal, Mohamed Bastaoui, Mohamed Choubi, Mohamed Khouyi et Ahmed Benaïssa.

Lire aussi

«Petits bonheurs»
Mohamed Chrif Tribak
(12-13 avril)

«Petits bonheurs», deuxième long-métrage de Chrif Tribak, raconte l’histoire de Nouffisa (17 ans) qui, après la mort de son père, se retrouve obligée d’accompagner sa mère pour s’installer chez Lalla Amina, femme d’un grand dignitaire de la médina de Tétouan. Une fois dans la grande maison, une amitié très forte la liera instantanément à la petite-fille de Lalla Amina, Fetouma. Le film, dont les principales actrices sont Farah El Fassi, Anissa Lanaya, Maha Daoud, Soumaya Amghrar, Fatna Khamari et Fama Ferrah, fait plonger le spectateur dans la complexité des situations auxquelles font face les femmes dans les années 50. Un film de femmes qui montre que, souvent, elles ne sont pas maîtresses de leur destin.

Voir les commentaires (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 LesEco.ma édités par HORIZON PRESS GROUP

Tous droits réservés