Éco-Business

CDG Prévoyance : plus de 148 MMDH d’épargne gérés en 2019

L’épargne gérée par CDG Prévoyance représente, à fin 2019, 148 MMDH, soit plus du tiers des fonds de la réserve des retraites. Elle est répartie entre 128 MMDH pour le RCAR et 20 MMDH pour la CNRA. Pour le top management, en se basant sur les études actuarielles, leur régime serait viable jusqu’en 2050.

L’épargne gérée par CDG Prévoyance représente, à fin 2019, 148 MMDH, soit plus du tiers des fonds de la réserve des retraites à l’échelle nationale et près de 13% du PIB. Elle est répartie entre 128 MMDH pour le Régime collectif d’allocation de retraite (RCAR) et 20 MMDH pour la Caisse nationale de retraites et d’assurances (CNRA). «Nous clôturons l’année 2019 avec une performance très positive autour de 9% pour la CNRA et le RCAR. Une performance qui renforcera nos équilibres financiers et nous donnera plus de confort et de résilience face aux éventuelles tendances futures défavorables des marchés financiers», souligne Mohamed Ali Bensouda, directeur de CDG Prévoyance en charge de la CNRA et du RCAR, qui regroupe plus de 3.600 organismes adhérents. À fin 2019, la CNRA est une plateforme de gestion transverse qui intègre 21 régimes de retraite et fonds de solidarité, déployée au service de près de 650.000 citoyens, victimes d’accidents de travail et de la circulation, veuves, divorcées, retraités… Le RCAR, quant à lui, est aujourd’hui l’un des fonds institutionnels marocains les plus importants, assurant des retraites de base et complémentaire à près de 500.000 affiliés, ayant jusque-là intégré 20 caisses internes de retraite.


Contexte favorable des marchés des taux
En termes de placements, le portefeuille RCAR-Régime général a réalisé une performance de 9,07% à fin 2019, portée principalement par le contexte favorable des marchés des taux qui a connu une forte détente des segments moyen et long termes et l’évolution positive de la Bourse de Casablanca. La performance financière positive sur l’ensemble des classes d’actifs contribue à hauteur de 10,73 MMDH à l’appréciation des encours et compense le passif qui a porté sur 2,6 MMDH et les frais de gestion décaissés (au titre des frais de gouvernance et de gestion financière relative à des exercices antérieurs). À noter que le RCAR a participé à hauteur de 2 MMDH au programme de privatisation de Maroc Telecom. Le RCAR-RG y a contribué à hauteur de 422 MDH. Quant au portefeuille du régime complémentaire (RCAR-RC), celui-ci a affiché une appréciation de 4,48%, soit une surperformance de 0,98% par rapport à l’indice MBI Moyen terme qui s’était établi à +3,50%. Une progression qui a été principalement attribuée à un effet de cumul d’intérêt sur les titres obligataires détenus par le portefeuille. À fin 2019, le portefeuille RCAR-RC affiche un actif de 1,1 MMDH, en augmentation de 47 MDH par rapport à fin 2018 suite à la bonne tenue du marché. À noter que le portefeuille RCAR-RC est constitué à hauteur de 83% en bons du Trésor et de 17% en dette privée.

Disparités dans les régimes de retraite
CDG Prévoyance a clôturé en 2019 le processus de sélection de 5 sociétés de gestion pour la création et la gestion d’OPCVM diversifiés dédiés au RCAR d’une valeur globale de 15 MMDH. Une démarche qui s’inscrit dans le processus de consolidation de la plateforme de gestion de CDG Prévoyance. Cette plateforme est désormais renforcée par la mise à contribution de gestionnaires délégués disposant des moyens et des compétences nécessaires pour répondre aux besoins de gestion grandissants des fonds de prévoyance. Ceci étant, la viabilité des régimes de retraite reste pointée du doigt. En effet, «d’énormes disparités sont à observer au niveau des indicateurs d’équilibre des régimes de retraite au Maroc, principalement à cause de leurs architectures respectives, de leurs paramètres techniques différents mais aussi à cause des caractéristiques démographiques et socio-économiques de leurs populations couvertes», affirme Bensouda. Selon lui, l’historique et le parcours de gestion propres à chaque régime sont deux facteurs expliquant ces disparités. «L’un des objectifs de la réforme nationale de la retraite est justement d’évoluer vers plus de cohérence et plus d’équité, au niveau des sphères publiques et privées dans un premier temps, puis, dans un deuxième temps, au niveau du système global a travers un Régime de base unifié (RBU)», souligne-t-il. Concernant le RCAR, les dernières données actuarielles montrent que ce régime est en mesure d’honorer ses engagements jusqu’à l’horizon 2050, avec l’apparition du premier déficit technico-financier aux alentours de l’année 2028. «Cet horizon peut être rallongé d’une durée de 10 ans par la réforme paramétrique que nous avons introduite auprès des pouvoirs publics et que nous espérons déployer dans les meilleurs délais en parfaite adéquation avec le processus de réforme nationale», assure Bensouda.

Vers plus de digitalisation

Le bouquet des e-services de CDG Prévoyance ne cesse d’être enrichi de nouveaux modules qui permettent davantage de proximité avec les clients (bénéficiaires, affiliés, employeurs…). En 2019, quatre nouveaux modules ont été développés pour digitaliser davantage les interactions avec les adhérents. Le service e-Affiliation permet ainsi aux adhérents d’immatriculer leurs employés. L’e-Déclaration dématérialise la déclaration des cotisations des salaires des employés et des régularisations, avec un système d’historique et de suivi de traitement. L’e-Liquidation est quant à elle un service déclenchant le processus de liquidation des droits des affiliés. Enfin, l’e-Versement permet la digitalisation des versements et cotisations.

Aida Lo / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page