Éco-Business

BMW Série 4. Un faciès très osé

La firme à l’hélice dévoile la nouvelle génération du coupé Série 4. Un bolide dont le coup de crayon est finalement resté fidèle à celui du concept, matérialisant la volonté de se démarquer de l’actuelle Série 3… au risque de dérouter les afficionados de la marque.

Covid-19 oblige, c’est en live streaming que BMW a dévoilé sur son site média la nouvelle génération du coupé Série 4. Un reveal 100% digital qui était programmé, mais dont l’effet surprise a été quelque peu gâché par la fuite de clichés officiels diffusés sur le Web en début de semaine. Des images qui ont surtout permis de lever un doute et répondre à une question que tous les fans de la marque à l’hélice se posaient : le coupé Série 4 allait-il conserver les gigantesques naseaux de la calandre arborée par le concept 4 qui l’a préfiguré et qui avait été présenté au Salon de Francfort en septembre 2019 ?


Grand méchant look
La réponse est un grand «Oui». Grand comme ce double haricot, monté verticalement et conférant à la nouvelle «4», permettez-nous l’expression, une grande gueule ! Un faciès très osé que les designers de la marque munichoise assument et justifient par un clin d’œil rétro à la 328, coupé des années 1930. En fait, cette immense calandre est là pour s’harmoniser avec la nouvelle orientation stylistique de BMW telle qu’elle a été amorcée par les modèles X7 et Série 7 restylée, mais pas que. Elle matérialise la volonté d’une nette différenciation par rapport à la Série 3, berline servant de base technique à la Série 4. Pour BMW, cette grande grille de calandre renvoie également «aux besoins de refroidissement importants de la motorisation». Vu de l’arrière, ce nouveau coupé laisse apprécier ses épaulements musclés et sa ligne de toit fuyante vers une poupe joliment sculptée et même magnifiée par ses blocs de feux dont le graphisme interne affiche un liseré rouge se prolongeant vers le centre de la malle. Pour le reste, le profil semble plus acéré que celui du modèle précédent comme le confirment les dimensions dont une hauteur diminuée de 51 mm et dictant un centre de gravité lui aussi abaissé de 21 mm. La longueur, elle, augmente de 130 mm pour atteindre désormais 4,77 mètres. De quoi présager un habitacle plus spacieux.

Centré sur le conducteur
Cela, d’autant plus que le coffre affiche une capacité de 440 litres, soit 5 l de moins que le modèle sortant. Dans sa quête de vouloir couper le cordon ombilical avec la Série 3, le coupé Série 4 n’y parvient pas concernant la présentation intérieure, la planche de bord n’étant autre que celle de la berline. Un cockpit toujours d’actualité par son design qui se veut «particulièrement axé sur la sportivité» avec «un poste de conduite orienté vers le conducteur», lit-on sur le communiqué de BMW. Au menu : un combiné d’instrumentation 100% numérique de 12,3’’, le traditionnel levier de vitesses court façon joystick, des sièges Advanced pour le conducteur et son passager avant, ainsi que de luxueuses commandes sur la console centrale que coiffe un écran de 10,25’’. À l’arrière, il est toujours question de «deux places configurées façon sièges individuels» dixit BMW. À n’en pas douter, le coupé Série 4 a bien profité de son renouvellement pour améliorer son contenu. Parmi ces nouveaux acquis, citons l’éclairage d’ambiance, le vitrage insonorisant, la nouvelle climatisation automatique à 3 zones, le chauffage auxiliaire pilotable par smartphone ou par clé «BMW Display Key», l’éclairage laser, l’assistant de marche arrière ou encore, un assistant vocal à intelligence artificielle.

Disponible en essence et en diesel
À ces équipements s’ajoutent d’autres encore plus pointus comme l’alerte de collision avec freinage automatique, l’aide au maintien dans la voie avec correction de la direction et guidage actif couplé au GPS, les suspensions pilotées «M», la direction à démultiplication variable DirectDrive. Des aides à la conduite qui ne seront pas de trop pour dompter la forte cavalerie que distillent les moteurs. En l’occurrence, il est question de 4 cylindres sous le capot des 420i (184 ch/300 Nm) et 420d (190 ch/400 Nm), ainsi que des 6 cylindres pour les versions M440i xDrive (374 ch/500 Nm), 430d xDrive (286 ch/650 Nm) et M440d xDrive (340 ch/700 Nm). À l’inverse des autres, cette dernière ne sera disponible qu’en mars 2021, soit l’année qui verra aussi débarquer la plus puissante des Série 4, la M4 dont il se murmure qu’elle s’animera d’un bloc de 510 ch. Entre temps, le coupé Série 4 aura fait son chemin vers les concessions BMW du monde entier, y compris au Maroc où il devrait arriver quelques semaines après le début octobre, date à laquelle sa commercialisation est prévue.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer