Éco-Business

BERD. De nouveaux projets financés dans les plaines du Saïss et du Garet

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) accorde un prêt souverain de 150 millions d’euros pour le financement des projets de conservation et de gestion durable des eaux des plaines du Saïss (phase II) et du Garet dans la région de l’Oriental. Ce prêt souverain est destiné à cofinancer la construction d’éléments clés du réseau d’acheminement d’eau entre le barrage M’dez et la plaine du Saïss. Nécessitant un coût global de 5,8 MMDH, ce projet profitera à plus de 7.330 exploitations agricoles (350.000 personnes) et devrait permettre de préserver plus de 30.000 ha de terres irriguées dans la plaine du Saïss à travers la construction d’un canal d’approvisionnement et un réseau de distribution d’eau alimenté à partir du barrage M’dez. Il va également contribuer à améliorer les revenus de plus de 7.000 agriculteurs (+60%) et de créer 3.000 emplois. Ce projet permettra de combler un déficit de 100 millions de m3 dans la plaine du Saïss, surtout que cette dernière représente la principale source de revenus des agriculteurs.

En effet, l’activité agricole dans la zone de Saïss est basée sur l’irrigation à partir des puits et forages individuels dans la nappe phréatique. L’occupation du sol est caractérisée par la prédominance des plantations consommatrices d’eau couvrant 83% de la superficie cultivée, à savoir les arbres fruitiers (42%, principalement la viticulture et le pommier) et les cultures maraîchères (41%, oignons, pommes de terre et tomates industrielles). La nappe connaît une surexploitation excessive avec un déficit de 100 millions de m3.


Pour assurer la durabilité et la sauvegarde de l’agriculture irriguée dans la plaine du Saïss, la préservation des eaux souterraines de la nappe du Saïss s’avère nécessaire. C’est dans ce cadre que s’inscrit le Projet d’aménagement hydro-agricole de la plaine du Saïss ayant pour objet de rendre l’agriculture irriguée plus productive, assortie d’une valorisation de l’eau afin de faire face au développement économique de la région et du pays. Rappelons qu’en 2017, la banque avait accordé pour ce projet un premier prêt souverain de 120 millions d’euros et mobilisé 30 millions d’euros auprès du Fonds vert pour le climat pour la construction d’un adducteur primaire de 135 kilomètres entre le barrage M’dez et la plaine du Saïss (une section de 45 km de la conduite à l’extérieur de la plaine et une conduite principale de distribution de 90 km dans la plaine).

Le prêt de la BERD permettra également la rénovation et la modernisation du réseau de distribution d’eau du Garet dans la région de l’Oriental et sa conversion complète au goutte-à-goutte. À noter que dans le Garet, la rénovation et la modernisation du réseau assurant le transfert d’eaux de surface du barrage Mohammed V permettront de construire un système plus durable et efficient d’arrosage au goutte-à-goutte et donc d’importantes économies d’eau. Selon le Bulletin officiel (BO) N° 6880 daté du 7 mai 2020 (version arabe), l’accord de prêt a été signé entre le Maroc et la BERD le 27 mars dernier. Il est à rappeler que le prêt de la BERD est accordé au département de l’Économie et des finances. Le projet sera mis en œuvre par la Direction de l’irrigation et de l’aménagement de l’espace agricole, du ministère de l’Agriculture, en partenariat avec les deux Offices régionaux concernés de mise en valeur agricole (ORMVA). 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer