Maroc

Benchaâboun demande la mise en place d’un pacte collectif

Le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, a appelé, mercredi à Rabat, les partenaires sociaux et le secteur privé à engager un « dialogue responsable » sur les défis relatifs à la sortie de la crise sanitaire induite par le Covid-19.

« J’exhorte l’ensemble des partenaires sociaux et le secteur privé à engager un dialogue responsable autour des défis économiques et sociaux relatifs à la sortie de la crise, à oeuvrer sérieusement pour la mise en place d’un pacte collectif qui place l’intérêt suprême de la patrie au dessus de toute autre considération et à consentir tout l’effort nécessaire pour surmonter cette conjoncture exceptionnelle et gagner le pari de la préservation des emplois », a souligné M. Benchaâboun lors d’une séance conjointe des deux Chambres du Parlement consacrée à la présentation du PLFR-2020.


Le ministre a en outre mis en relief l’importance de tirer les enseignements de cette crise sanitaire, de privilégier l’intérêt suprême de la nation et d’orienter l’intelligence collective de l’ensemble des acteurs y compris le gouvernement, le parlement, les collectivités territoriales, le secteur privé et les partenaires sociaux vers l’élaboration de mécanismes à même de permettre de transcender les conséquences négatives de cette crise ».

M. Benchaaboun a, d’autre part, expliqué que l’économie nationale a été impactée par les incidences négatives de la pandémie en raison de l’ouverture du Royaume sur l’extérieur, comme en atteste la comparaison des données du mois de mai avec celles de l’année dernière, notamment celles relatives aux secteurs les plus touchés, à l’instar de l’Automobile, l’Aéronautique et le Textile-habillement.

Le Royaume, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, a été cité en modèle au niveau international, tant pour la forte solidarité dont ont fait montre les Marocains, que pour sa proactivité et l’anticipation des risques induits par cette crise sanitaire d’envergure ainsi que pour la célérité et l’efficacité dans la prise des décisions audacieuses pour garantir la sécurité sanitaire des citoyens.

Le ministre a, dans ce cadre, passé en revue les différentes mesures préventives mises en place par le Maroc depuis l’annonce de l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, rappelant que ces actions prises sur Hautes instructions Royales, ont eu un impact positif quant au renforcement de la confiance dans l’Etat et les institutions et à la résilience des secteurs et entreprises affectés par la pandémie, outre la sauvegarde de l’emploi et du pouvoir d’achat des familles mises en difficulté par cette crise.

S’attardant sur ces mesures, M. Benchaaboun a cité en premier lieu la décision Royale clairvoyante de créer le Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus, qui a connu un fort élan de solidarité inédit de la part du peuple marocain, ce qui a permis de mobiliser plus de 33 milliards de dirhams (MMDH), dont 10 MMDH alloués par le budget général de l’Etat, 1,5 MMDH sous forme de contribution des budgets des Régions et 21,5 MMDH de dons injectés par les institutionnels, le secteur privé et les citoyens.

Il a, dans ce sens, relevé que les engagements des dépenses au titre de ce Fonds ont totalisé 25 milliards de dirhams (MMDH), dont 18 MMDH débloquées à ce jour (2 MMDH pour l’acquisition de matériels et équipements médicaux nécessaires à la lutte contre la pandémie et 16 MMDH pour financer les mesures de soutien prises par le Gouvernement dans le cadre du comité de veille économique CVE).

En outre, un montant de 2 MMDH a été alloué à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) dans le cadre des indemnités du mois de juin des salariés déclarés et une enveloppe de 5 MMDH a été consacrée à la Caisse Centrale de Garantie pour appuyer les mécanismes de garantie au profit des entreprises, a t-il ajouté, notant que les dépenses du Fonds décaissées à ce jour ont permis l’octroi d’aides financières au profit d’environ 900.000 salariés déclarés à la CNSS et à 5,5 millions manages opérant dans l’informel, dont 45% en milieu rural.

Il a également évoqué les mesures prises pour alléger les charges sociales, fiscales et financières des entreprises et faciliter leur accès au financement afin de soutenir leurs trésoreries et les aider à honorer leurs engagements financiers, et ce dans le but de préserver les emplois et renforcer de leur résilience face aux conséquences de la crise, notant à cet égard, que l’opérationnalisation du dispositif « Damane Oxygène » a profité à plus de 45.000 petites et moyennes entreprises pour un montant dépassant les 17 MMDH.

En plus des mesures décidées au profit des salariés, des familles opérant dans l’informel et des entreprises, le ministre a indiqué que des actions ont été prises au niveau juridique et sur le plan de la gestion proactive afin de maîtriser l’impact de la crise sur les réserves en devises du pays et de maintenir la capacité de l’économie nationale à répondre notamment aux besoins alimentaires et énergétiques.

M. Benchaaboun a également noté qu’un total de 4,5 milliards de dollars a été mobilisé jusqu’à présent, en particulier à travers le tirage de près de 3,2 MMDH dans le cadre de la Ligne de précaution et de liquidité du Fonds monétaire international (FMI) et de 270 millions de dollars de la ligne de protection contre les risques de catastrophes avec la Banque mondiale, soulignant que ces efforts ainsi que les actions engagées pour mobiliser les financements extérieurs dans le cadre des relations de coopération avec les différents partenaires permettront au Maroc de maintenir son stock de devises pour couvrir 6 mois d’importation.

AK

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer