Monde

Australie : un vaccin pourrait être prêt d’ici la fin de l’année

Les premiers essais cliniques sur l’homme d’un vaccin contre le nouveau coronavirus (Covid-19) débuteront mardi à Melbourne (sud de l’Australie) dans l’espoir qu’il soit prêt à la fin de cette année.

Environ 130 volontaires en bonne santé âgés de 18 à 52 ans seront testés et suivis pendant plusieurs mois dans les villes de Brisbane et Melbourne par le spécialiste australien des essais cliniques, Nucleus Network pour tester l’efficacité du vaccin NVX-CoV2373, développé par la société américaine de biotechnologie Novavax.


“En raison de la pandémie mondiale, nous progressons plus rapidement”, a indiqué Paul Griffin, expert en maladies infectieuses, ajoutant que Nucleus Network et Novavax se préparent déjà pour la phase suivante. “Les études de phase deux et la société qui fabrique le vaccin ont déjà commencé le processus de mise à l’échelle”, a-t-il expliqué.

Au cours des essais cliniques du vaccin NVX-CoV2373, les chercheurs effectueront des tests sanguins sur les volontaires pour surveiller le type et la quantité d’anticorps.

“Nous analyserons le type et le nombre d’anticorps, puis nous déduirons certaines informations de ses tests sanguins et mèneront de nombreuses expériences en laboratoire pour montrer que le vaccin neutralise le virus”, a déclaré Dr. Griffin, affirmant que les chercheurs ne passeront à la prochaine phase de test que lorsque le vaccin sera sûr et exempt d’effets secondaires.

“Si nous ne disposions pas de suffisamment de données pour permettre son utilisation sûre chez l’homme, nous ne ferions pas ces essais”, a-t-il soutenu, affirmant que le vaccin pourrait être prêt d’ici la fin de cette année.

“Je pense qu’il y a encore beaucoup de variables à déterminer, mais nous travaillons très dur pour progresser le plus rapidement possible et il est possible qu’un nombre important de doses soient disponibles, peut-être même d’ici la fin de l’année”.

La société américaine a été auparavant responsable des premiers efforts de développement de vaccins contre le Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), deux autres épidémies de coronavirus.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer