Éco-Business

Attijariwafa bank : malgré la Covid, les revenus en hausse

Revenus en hausse et bénéfices en baisse au terme du troisième trimestre 2020 pour Attijariwafa bank. Le groupe bancaire fait également face à une nette dégradation du risque crédit en lien avec les effets de la crise sanitaire.

Attijariwafa bank (AWB) publie des résultats mitigés au titre du troisième trimestre 2020, marqués par les conséquences de la crise sanitaire et économique relative à la pandémie de la Covid-19. À fin septembre dernier, l’activité commerciale du groupe était dans le vert, malgré la baisse de la marge sur commissions (-9,2%) et des résultats des activités de marché (-18,5%), impactés par les effets du nouveau coronavirus. Le produit net bancaire ressort au final en hausse de 3,3% pour s’établir à 18,2 MMDH. Le coût du risque a, quant à lui, connu une nette accélération cette année. Il s’établit à 4,6 MMDH, en hausse de 239% comparativement à la même période de l’année 2019. À fin juin, le coût du risque s’élevait déjà à 3 MMDH, en très forte progression par rapport au premier semestre 2019 (+231%). Cette progression reste en lien avec la détérioration significative des risques de crédit engendrés par la crise sanitaire. De ce fait, un provisionnement anticipatif et prudent a été effectué en prévision des effets liés à cette crise et de son impact sur l’environnement économique. Cela pèse, par conséquent, sur les bénéfices du groupe bancaire. Le résultat net consolidé et le résultat net part du groupe ressortent respectivement à 2,5 MMDH et à 2 MMDH, en repli de 52,5% et de 55,2%. Parallèlement, Attijariwafa bank assure avoir poursuivi, au troisième trimestre, sa mobilisation et son engagement solidaire envers ses clients afin de contribuer à atténuer les impacts de la crise.


Pour rappel, AWB a déployé, depuis le début de la crise, une série de mesures dont l’objectif était de maintenir la continuité de service dans des conditions optimales pour ses collaborateurs et ses clients, et ce, dans les différents pays de présence. Au Maroc, cette mobilisation a permis de financer 5.595 jeunes entrepreneurs et porteurs de projets pour un montant de 1 MMDH, dans le cadre de l’initiative Intelaka. Le programme, lancé en début d’année, avait pour cible les jeunes diplômés, les auto-entrepreneurs, les micro-entreprises et les TPE, les entreprises exportatrices, notamment vers l’Afrique, et était assorti de conditions de financement très avantageuses. Il était prévu que ce programme contribue annuellement à la création d’environ 27.000 nouveaux postes d’emploi et à l’accompagnement, par le secteur bancaire, de 13.500 entreprises supplémentaires. Mais la crise sanitaire a plus ou moins altéré l’attrait de ce produit au profit des produits de relance destinés à soutenir et sauver les entreprises nationales.

Dans ce sens, AWB a accordé, à fin septembre 2020, pas moins de 6,2 MMDH de crédits Damane Oxygène à 18.200 TPME, correspondant à près de 35% de part de marché. Les crédits Damane Relance ont quant à eux bénéficié à 8.300 TPME, soit un montant de financement de 10 MMDH. En somme, Attijariwafa bank assure avoir accompagné et soutenu plus de 32.900 entreprises marocaines (contre 19.500 à fin juin 2020), majoritairement des TPME, à travers la distribution de 27,1 MMDH de crédits additionnels depuis le début de la crise.

Aida Lô / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page