Éco-Business

Aradei Capital se prépare pour son IPO

Les actionnaires d’Aradei Capital viennent d’être convoqués à l’assemblée générale extraordinaire du 9 novembre prochain afin de statuer sur l’autorisation d’introduction des titres de la société à la Bourse de Casablanca. La foncière opte pour une augmentation de capital et de cession d’actions pour son IPO. C’est la deuxième foncière à être cotée en bourse après Immorente Invest en 2018.

La cloche de la Bourse de Casablanca va enfin retentir pour annoncer l’arrivée d’un nouveau pensionnaire. Le marché est en effet en attente de papier frais depuis les dernières IPO de 2018 (Immorente Invest et Mutandis). Aradei Capital devrait incessamment faire son entrée après l’obtention de la validation de ses actionnaires. Ces derniers sont conviés à une assemblée générale extraordinaire le 9 novembre prochain. La foncière y proposera une introduction en Bourse par voie d’augmentation du capital social, et le cas échéant, par voie de cession d’actions, dans l’hypothèse où les actionnaires de la société consentent à céder des actions dans le cadre de cette IPO.
Les actionnaires devraient, durant l’AGE, constater que le capital est entièrement libéré pour autoriser l’augmentation du capital social réservée au public et dont le montant maximum est fixé à 800 MDH (prime d’émission incluse). L’opération se fera via l’émission d’actions nouvelles d’une valeur nominale de 100 DH chacune, à un prix de souscription (prime d’émission incluse) compris dans une fourchette entre 400 DH et 450 DH par action. Le droit préférentiel de souscription des actionnaires dans le cadre de l’IPO sera supprimé. Les actions nouvelles seront souscrites et libérées intégralement en espèces et porteront jouissance courante de manière à être totalement assimilables aux actions existantes de la société, à compter du 1er janvier de l’année au cours de laquelle lesdites actions seront émises. En conséquence, les actions nouvelles donneront droit aux distributions de bénéfices ou répartitions de réserves qui pourraient être décidées par la société à compter de la date de réalisation définitive de l’augmentation de capital IPO, étant précisé à toutes fins utiles que les actions nouvelles à créer par la société au titre de l’augmentation de capital IPO ne donneront droit à aucune distribution de bénéfices ou répartition de réserves de primes ou de réduction de capital social, de quelque nature que ce soit, distribuées avant la date de réalisation de ladite augmentation de capital social. Il faut dire qu’Aradei Capital ne cachait plus son ambition d’entrer en bourse depuis plusieurs mois déjà. Une des plus récentes notes d’information évoquait les principales raisons de cette éventuelle cotation.


Pour Aradei, cette initiative a pour but la levée immédiate de fonds en vue d’assurer une certaine liquidité à ses investisseurs et permettre une appréciation de son portefeuille à la valeur de marché. «Une introduction en bourse permettra à Aradei Capital d’obtenir du financement et du capital à long terme pour soutenir la croissance, via l’investissement dans le développement et le réaménagement du parc immobilier existant ainsi que l’acquisition de nouveaux biens», expliquait la foncière. L’accès au marché des capitaux conférera ainsi à la société la capacité de sécuriser un financement permanent renforcé par le cadre fiscal avantageux. La cotation en bourse permettra également d’attirer les organismes réticents à l’investissement dans les titres non cotés ou disposant d’une enveloppe limitée dédiée à l’investissement dans les titres peu liquides. Par ailleurs, la cotation en bourse d’Aradei Capital assurera une liquidité certaine de ses titres permettant aux investisseurs (institutionnels et petits porteurs) d’acquérir et de céder leurs actions à leur gré. Cette liquidité est généralement limitée pour les investisseurs individuels qui souhaitent investir directement dans des actifs immobiliers à rendement locatif.

Carte de visite

Holding Makro Maroc, Metro Cash & Carry Morocco, Vecteur LV puis Aradei Capital, la foncière a connu de grandes transformations depuis sa création en 1990. Elle devient le bras armé immobilier de Label’Vie en 2010 et gagne en importance depuis l’entrée de la Banque européenne pour la restructuration et le développement (BERD) dans son capital en 2016. Le développement rapide de la société lui a permis d’attirer le fonds de retraite sud-africain Governement Employees Pension Fund (GEPF) dans le tour de table. À fin 2019, la société revendique sa position de leader dans le marché de l’immobilier commercial avec un portefeuille de 29 actifs répartis sur 15 villes du Maroc et totalisant une surface globale d’un peu plus de 320.000 m².

Aida Lo / Les Inspirations Éco






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page