Maroc

Agriculture : Offensive ivoirienne au Maroc

Réaliser rapidement la plateforme de commercialisation des fruits et légumes d’Abidjan, mais aussi renforcer les exportations agricoles ivoiriennes vers le Maroc. C’était l’objectif de la participation de la Côte d’Ivoire au SIAM 2018.


Grande offensive ivoirienne lors de la 13e édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM 2018). La Côte d’Ivoire est l’un des pays africains qui s’est le plus distingué par sa participation lors de cet événement auquel les délégations africaines sont désormais habituées. Avant tout, le SIAM a été l’occasion pour le Maroc et la Côte d’Ivoire de renouveler leur engagement ferme à la concrétisation de la plateforme de commercialisation des fruits et légumes au Port autonome d’Abidjan. La convention portant sur cette plateforme a ainsi été renouvelée dès l’ouverture du SIAM. Pour accélérer sa réalisation, les deux parties ont convenu d’en confier l’aménagement, le développement et la gestion à l’Agence spéciale Tanger Med «TMSA». Ce projet dont le coût est estimé à 20 milliards de francs CFA (plus de 300 MDH) sera financé par le Maroc. «Cette plateforme servira à la commercialisation des fruits marocains, mais elle permettra aussi à nos producteurs de pouvoir atteindre les marchés européens et du Moyen-Orient en passant par le Port de Tanger Med», indique le ministre ivoirien de l’Agriculture et du développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly. Pour ce dernier, «la coopération agricole avec le Maroc permet aux producteurs ivoiriens de gagner en capacités et en techniques». Le responsable gouvernemental ivoirien, qui a présidé ces dernières années la conférence ministérielle africaine de l’Agriculture à la FAO a aussi appelé à faire de l’agriculture «le nouvel eldorado» de l’Afrique. C’était lors d’un panel consacré au «New deal agricole pour la jeunesse rurale africaine», dans la cadre des Assises de l’agriculture.

Le Robusta ivoirien  se «vend» au Maroc
La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, vise essentiellement à transformer localement et à augmenter la valeur ajoutée de ses exportations. Ainsi les responsables de la filière café-cacao ont fait le déplacement pour mieux accrocher les importateurs marocains. Ces dernières années, une baisse inquiétante des importations marocaines de café Robusta en provenance de la Côte d’Ivoire a été notée. En effet, le volume des échanges est passé de plus de 200 tonnes en 2013 à quelque 55 tonnes actuellement, «à cause de l’insuffisance du produit». «La présence du Conseil du café-cacao au SIAM 2018 vise aussi à rassurer les consommateurs du royaume chérifien sur le fait que la Côte d’Ivoire travaille à leur fournir le café qu’ils aiment tant», précise-t-on du côté du Conseil ivoirien du café-cacao. Il est à noter que la production de café de ce pays ouest-africain s’établit actuellement en moyenne à 110.000 tonnes par an, pour un objectif de 200.000 tonnes à l’horizon 2020. Les cerises provenant du pays sont vendues majoritairement en Afrique, l’Algérie en tête, puis en Europe.


Mamadou Sangafowa Coulibaly
Ministre ivoirien de l’Agriculture et du développement rural.

La coopération agricole avec le Maroc permet aux producteurs ivoiriens de gagner en capacités et en techniques. La plateforme de commercialisation des fruits et légumes au Port autonome d’Abidjan servira à la commercialisation des fruits marocains, mais elle permettra aussi à nos producteurs de pouvoir atteindre les marchés européens et du Moyen-Orient en passant par le Port de Tanger Med».

 Condée Touré Diénébou
Commissaire générale du Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA)

Nous avons profité du SIAM pour échanger avec les délégations africaines participantes, mais aussi avec des agriculteurs et des professionnels du secteur agricole du royaume du Maroc ainsi que plusieurs exposants internationaux afin de les mobiliser pour une participation qualitative et quantitative au Salon d’Abidjan. La relance du Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA) en 2015 a démarré au SIAM à Meknès. C’est ici que nous avons découvert les structures utilisées par le SIAM pour faire son Salon».


Abidjan fait la promo de son SARA

Le SIAM a été l’occasion pour la délégation ivoirienne de faire la promotion de son salon agricole. Dénommée le SARA (Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan, cet événement se veut un rendez-vous ouest-africain unique en son genre de par son importance. Relancé en 2015 avec le Maroc comme pays invité d’honneur, le SARA gagne en maturité. «À la date d’aujourd’hui, je pense que la moisson n’est pas mauvaise», relève son commissaire général, Condé Touré Diénébou. Organisé du 17 au 26 novembre sur le site du futur parc d’expositions situé à quelques encablures de l’Aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, le SARA 2017 a accueilli plus de 300.000 visiteurs, plus de 700 entreprises exposantes, des visites institutionnelles de plus de 1.900 autorités. La 4e édition avait porté sur le thème : «Transformation structurelle de l’économie agricole face aux changements climatiques», avec pour slogan «Le climat change, l’agriculture ivoirienne innove !».






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page