Éco-Business

Accord de pêche Maroc-UE: les bateaux espagnols sont de retour

La flotte espagnole jubile. Le Maroc a donné son feu vert afin que les bateaux européens puissent revenir dans les pêcheries nationales et ceci malgré l’état d’alerte sanitaire décrété au Maroc.

«C’est une grande nouvelle pour la filière espagnole», nous confie Javier Garat, secrétaire général de la Confédération espagnole de pêche, Cepesca. De fait, la filière retenait son souffle depuis le 1er avril, date qui coïncidait avec la fin de la période du repos biologique. Rabat et Bruxelles se sont certes mises d’accord sur la reprise de l’activité mais les embarcations n’ont pas reçu d’instructions précises sur la date de la reprise de l’activité.


L’incertitude s’est emparée du secteur qui attendait impatiemment des signes de la part des autorités marocaines. Cependant, Carmen Crespo, la ministre régionale en charge de la pêche dans le gouvernement autonome d’Andalousie s’est félicitée du prochain retour de la flotte andalouse dans les pêcheries nationales.

Dans un communiqué, la responsable andalouse a salué les efforts du royaume pour permettre le retour des embarcations espagnoles dans les eaux territoriales marocaines. Le gouvernement andalou a indiqué que toutes les embarcations disposant de licences pouvaient revenir aux pêcheries marocaines à condition de disposer d’une copie de la licence pour la présenter aux autorités compétentes au Maroc.

Toutefois, le secteur restait sur ses gardes. Ce n’est que ce week-end que la filière espagnole a pu pousser un «ouf» de soulagement. Dimanche dernier, quatre embarcations andalouses ont pu jeter leurs filets dans les pêcheries marocaines précisément dans la zone du nord du royaume, proche du Golfe du Cadix. «Les marins sont revenus contents et toutes les prises ont été écoulées. Il s’agissait principalement d’anchois et de sardines», ajoute Garat. Concernant le débarquement des captures dans les ports marocains, la filière espagnole a pu avoir gain de cause, cette fois-ci.

Selon l’accord conclu entre le Maroc et l’Union européenne, il a été décidé que cette clause sera suspendue durant cette crise sanitaire et les embarcations européennes ne sont plus appelées à débarquer les captures dans les ports marocains. C’est une mesure de précaution pour minimiser les contacts et la propagation du virus. «C’est une exception», ajoute notre source. Cette décision temporaire réchauffe les pêcheurs espagnols, lesquels ont mené un combat incessant pour revoir cette clause. D’autres embarcations devraient reprendre le large durant les prochains jours. La décision de permettre à la flotte européenne et spécialement espagnole de reprendre son activité à la fin du repos biologique le 1er avril a réconforté la filière du pays voisin en ces durs moments que traverse le voisin ibérique. La fermeture des lieux de restauration et des établissements d’hébergements a touché de plein fouet ce secteur vital.

De plus, la consommation des ménages a drastiquement chuté en cette période de confinement, reconduite jusqu’au 26 avril. «Le marché s’est effondré. La population a baissé sa consommation et les prix ont dégringolé», soutient notre source. Pour ravigoter les ventes, la confédération espagnole a publié des capsules invitant la population espagnole a consommé davantage de produits de la mer, en mettant en avant ses vertus nutritives. «Les consommateurs optent plutôt pour les produits bon marché. Les espèces chères sont peu demandées», regrette le secrétaire général de Cepesca. La filière avait fait appel aux autorités centrales pour débloquer une aide financière directe au secteur. 






Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page