Eco-Business

19 nouvelles normes pour les produits photovoltaïques et thermiques

Le Maroc verrouille son marché de fabrication et d’importation de produits photovoltaïques et d’installations solaires thermiques. L’arrêté conjoint du ministre de l’Energie, des mines et de l’environnement et du ministre de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique rendant d’application obligatoire des normes marocaines relatives aux produits photovoltaïques et installations solaires thermiques vient, en effet, d’être publié au bulletin officiel, en avril.

Partant, les équipements des systèmes photovoltaïques et des installations solaires thermiques mis sur le marché national sont, aujourd’hui, régis par un cadre normatif permettant de réguler et de contrôler leur conformité en termes de qualité et de sécurité, ce qui permet donc de protéger le consommateur final notamment contre les risques d’incendies et d’électrocutions qui pourraient être engendrés par des équipements de mauvaise qualité.

Contrôler et réguler le marché
Selon Aziz Rabbah, le ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement, également ingénieur en informatique, «cette réglementation vise à éviter ce qui s’est passé dans le secteur de l’informatique où on pouvait importer n’importe quel équipement de n’importe où et le mettre facilement sur le marché, ce qui a créé une catastrophe à plusieurs niveaux. Personne ne savait exactement ce qu’il vendait ou ce qu’il achetait. Le marché s’est ainsi transformé en une poubelle indescriptible, alors que ce secteur était promis à un très bel avenir». En tous cas, cela ne risque pas de se répéter dans la filière prometteuse de l’énergie solaire. En effet, dix neuf normes, sélectionnées par la Commission mise en place par Rabbah et composée de représentants de l’Agence marocaine de l’efficacité énergétique (AMEE), l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) et l’Institut marocain de normalisation (IMANOR), verrouillent désormais la filière. Vieilles de deux ans au plus, elles concernent toute la chaîne de valeur de ce type d’équipements allant de l’importation à la maintenance, en passant par la fabrication, l’installation et l’exploitation notamment dans les centrales solaires et les unités industrielles. L’objectif du changement de leur statut de normes d’application volontaire en normes d’application obligatoire est de parvenir à développer un marché national de produits solaires de qualité et de quantité répondant aux exigences d’optimisation de leur rendement en phase de leur exploitation.

Un écosystème national d’entreprises spécialisées
Ces dix-neuf normes publiées récemment concernent également le pompage solaire et les chauffe-eaux solaires qui sont appelés à se développer davantage dans le marché national compte tenu de leur maturité technologique et de la tendance baissière de leurs coûts.

Il est également à signaler que ces nouvelles normes d’application obligatoire s’inscrivent dans une démarche stratégique du Ministère de l’énergie, des mines et de l’environnement visant à développer un écosystème national d’entreprises spécialisées, en mesure d’accompagner la dynamique de développement des énergies renouvelables et de renforcement de l’efficacité énergétique. Elles accompagnent ainsi certaines mesures déjà mises en place et d’autres à venir.

Parmi les premières mesures mises en place par le Département de Rabbah et ses partenaires, on peut notamment citer le lancement du label Taqapro pour la formation d’installateurs qualifiés de systèmes photovoltaïques, la publication du décret relatif aux audits énergétiques obligatoires et aux organismes d’audit ainsi que l’adoption par le Conseil de Gouvernement du décret relatif aux sociétés de services énergétiques.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer