A lire aussi

19-07-2019 10:57

L’engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses mis en avant à Washington

Le Royaume du Maroc “a toujours été fortement engagé en faveur des libertés religieuses et…
Rejoignez nous sur :
Culture


Driss Drissi, Designer

Driss Drissi perpétue une passion familiale qui traverse les générations. Mère passionnée de couture, frère designer (Ali Drissi), il est presque naturel de voir le dernier de la famille faire son petit bonhomme de chemin dans la mode. Il vient de créer sa marque «Gender Fluidity», qui reflète sa vision de la vie. Selon lui, l’homme et la femme sont égaux même dans le vêtement. Rencontre

L’homme et la femme ne seraient pas sur un même pied d’égalité? Fait-on encore la différence entre le rose et le bleu, la jupe et le pantalon? Toutes ces questions-là, Driss Drissi ne se les pose plus. Pour lui, la question du genre ne devrait pas se poser. La preuve, il s’en inspire pour créer une marque androgyne et accessible. Gender Fluidity est une nouvelle marque marocaine de vêtements unisexe. «Gender Fluidity est venue de mon intérêt personnel pour la théorie du genre. En effet, je suis partisan du fait que la différence de sexe n’est que biologique. En 2019, avec tout ce qui se passe, on devrait pouvoir dépasser la question du genre et s’affranchir des diktats d’apparence que les sociétés traditionnelles nous inculquent. Exprimer mes convictions à travers mes créations m’a paru être une évidence», confie Driss Drissi, le petit dernier de la famille, qui décide de marcher sur les traces de son frère, Ali, déjà bien installé dans le milieu. «Je savais que je voulais travailler dans un milieu artistique et créatif. Après, le fait d’être dans une famille qui est dans le monde de la mode et du textile depuis toujours joue beaucoup. On en a beaucoup discuté en famille, car ils ne voulaient certainement pas que ce soit un choix influencé… on m’a beaucoup challengé, j’ai donc eu largement le temps de bien mûrir ce choix du monde de la mode», continue celui qui se dit inspiré par des grands couturiers comme Yohji Yamamoto , Barbour ou encore Alexander McQueen. En effet, à mi-chemin entre le minimalisme japonais et l’extravagance «mcqueenienne», Driss Drissi propose des pièces aussi originales que passionnées. Il ne lésine pas sur le travail du volume et ose les coupes là où ne les soupçonne pas.

Un message positive
L’objectif de ce jeune designer de 23 ans, originaire de Casablanca, est simple: il souhaite véhiculer un message positif et progressiste du Maroc. «Je n’ai rien inventé. Depuis les année 60, le vestiaire des hommes se retrouve dans celui des femmes, et vice-versa. Dans le monde, plusieurs marques proposent des collections unisexe, et je trouve la démarche très intéressante. Une démarche qui stimule ma créativité en alliant sens de l’esthétique et bon sens», explique le créateur de la marque «DD- Gender fluidity» qui, après un baccalauréat en science économique, intègre la Casa Moda Academy et rejoint dans la foulée le bureau de style AD Fashion Consulting en tant que chef de produit, où il officie toujours. Sa signature est sa réinterprétation du vêtement qu’il pense unisexe, mixant les matières et les textures, au service de volumes amples et modernes. Dans ses collections, chaque pièce est dérivée du dressing tantôt masculin, tantôt féminin, la rendant unique et facile à porter tout en apportant une touche sportswear urbaine.

«C’est une collection qui se veut urbaine et accessible. Le défi que je me lance depuis la création de ma marque est de créer un vestiaire unisexe, permettant une fluidité de mouvement, une affirmation de notre ouverture d’esprit et une expression apparente de nos convictions. Je poursuis ce même travail dans ma nouvelle collection. Ainsi, les effets vestimentaires n’ont plus de frontières, ils se mélangent et se juxtaposent pour un look résolument dans l’air du temps. On y verra aussi les codes du vêtement de tailleurs appliqués au sportswear, des matières techniques côtoyer des lainages ou des gabardines», affirme le jeune designer qui souhaite rassembler au lieu de séparer. Après un premier défi lé réussi à l’Institut français de Casablanca, il compte bien envoûter le monde avec sa belle vision égalitaire. Bon vent.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages