A lire aussi

20-04-2018 08:10

Banque mondiale révèle une progression, mais...

Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur l’utilisation des services financiers montre que…
Rejoignez nous sur :
Reportages
Ces migrants aspirent à continuer leur chemin vers l’Eldorado européen.

Un laisser-aller de la part des autorités et des ONG dans la gestion de la crise humanitaire de quelques centaines de migrants à Casablanca est en train de miner le vivre ensemble.

Gouverneur, patrons de la police à Casablanca et agents de l'autorité ont passé une bonne partie de la nuit du vendredi au samedi près de la gare routière d’Ouled Ziane pour assurer le retour au calme dans ce quartier populaire sous les feux des projecteurs du fait de la présence de migrants irréguliers déclarés comme étant «indésirables» par la population locale.

Les forces d’ordre sont intervenues pour éviter de nouveaux accrochages avec les jeunes du quartier.

De Nador à Casablanca
«Des affrontements avec des jets de pierres se sont produits vendredi soir à Casablanca entre des jeunes Marocains et des groupes de migrants subsahariens qui occupaient un jardin public près du boulevard La Croix», précisait le communiqué de la préfecture d'Al Fida-Mers Sultan. Suite à ces rixes, «les forces publiques se sont empressées d'intervenir pour rétablir la sécurité et disperser les affrontements qui ont engendré l'incendie de déchets et de bennes à ordures, indique la même source, précisant qu'aucun blessé n'est à signaler», ajoutent les autorités. Cette sortie des autorités locales est arrivée en retard par rapport à une situation de crise humanitaire déclarée sur place depuis décembre 2016.

Le nombre des Mineurs non accompagnés est en progression à Ouled Ziane.

L’emballement sécuritaire et médiatique constaté depuis ces incidents cachent un laisser-aller quant à la prise en charge humanitaire, sociale et juridique de ces migrants délogés des camps de Nador et Belyounech au Nord du Maroc et relocalisés dans de grands centres urbains (Fès, Meknès et Casablanca). La situation déplorable de ces migrants sur ce site et celui de la gare ferroviaire de Fès en quête vers l’Eldorado depuis la porte du Maroc, ajoutée à l’absence de réactions des autorités aux diverses plaintes déposées par les riverains à Casa a fini par dégénérer en légers affrontements entre des Marocains et ces migrants irréguliers. Des incidents qui sonnent comme une alerte pour une meilleure gestion de l’accueil de ces quelques 600 migrants dans des conditions dignes et de l’autre côté faciliter le dialogue interculturel entre la population locale et ces migrants de ce passage. La balle est dans le camp du gouvernement pour préparer le prévisible et concilier avec «les indésirables».  

Retour au calme ce dimanche à Ouled Ziane.
CAM SIAM

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages