A lire aussi

09-12-2019 11:06

Mohsin Attaf décroche la médaille d'or du "Borneo open judo championship"

Le champion marocain, Mohsin Attaf, a décroché samedi la médaille d'or (moins de 100 kg) au…
Rejoignez nous sur :

Organisé par l’Ambassade de France, l’Institut français, la Fondation Essaouira Mogador et la Fondation Anna Lindh, en collaboration avec plusieurs associations marocaines, l’événement est prévu cette année avec l’Institut supérieur de l’information et de la communication comme partenaire média.

Un appel à participation a été lancé en juillet dernier pour permettre à un large public de bénéficier des quatorze ateliers prévus à cette occasion, principalement axés sur la citoyenneté et le partage. Les critères de sélection des candidats âgés de 18 à 25 ans portaient essentiellement sur l’engagement fort des participants à œuvrer pour un monde plus tolérant et plus juste. Ansoumane Mara, Guinéen, cyber-activiste vivant à Marrakech, est l’un des participants retenus. Selon lui, c’est son engagement citoyen en matière de promotion des droits de l’Homme qui a présidé à sa sélection.

«Si nous nous engageons dans ce cyber-activisme, c’est pour que les institutions internationales puissent reconnaître que les êtres humains sont égaux en droits et que cela doit rester comme tel partout», affirme Mara.

Ils seront plus d’une centaine de personnalités et experts de renommée internationale à prendre part à ce forum. Une belle occasion, pour les participants, de nouer de nouvelles relations et d’étendre le champ relationnel au-delà du Maroc. «En plus des formations, c’est une opportunité pour nous de discuter de nos projets futurs avec des personnes «ressources»», dixit Ansoumane Mara. Ils viendront de partout pour partager des expériences et enraciner l’esprit citoyen chez les jeunes, principale force motrice de ce forum. La citoyenneté exige le respect des valeurs de pluralité et l’acceptation des différences pour la construction d’un nouveau monde.

Pour Mara, la nécessité de ce nouveau modèle de citoyens se fait sentir bien plus dans le respect et la reconnaissance de l’autre que dans toute autre chose: «Le citoyen que nous devons être est celui qui a les mêmes droits partout où il ira et qui sera respecté en tant qu’être humain. Simplement. », conclut-il. À l’orée de cette 5e édition, beaucoup d’autres activités sont prévues en marge des ateliers comme le Tribunal pour les futures générations, un concert de musique et une projection cinématographique sur une thématique dont l’importance transcende l’espace méditerranéen. 

Hafsatou Abass Bah
Étudiante journaliste (ISIC)

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages