A lire aussi

14-07-2018 10:52

Les boycotteurs des élections du CNP saluent «l'initiative correctrice» du SNPM

Les listes «Le Changement» et «Fidélité et responsabilité» soutiennent «l'initiative correctrice»…
Rejoignez nous sur :

C’est une scène qui a fait le tour des réseaux sociaux, notamment dans les communautés des arts martiaux. Aux prises avec un judoka français au titre du premier tour du Grand prix d’Agadir de judo, Issam Bassou est arrivé à faire tomber son adversaire. Seul bémol, après avoir assuré sa victoire, le jeune athlète de 19 ans n’arrive pas à retenir sa joie et jubile de manière un peu trop exubérante en «chambrant» l’homme à terre. Un geste que l’arbitre nippon de la rencontre n’a pas apprécié, lequel a choisi de sanctionner directement Bassou en lui faisant perdre la rencontre pour «atteinte au code moral». Selon ce dernier, le respect de l’adversaire est réellement primordial.

Lorsqu’un judoka fait chuter son adversaire, il doit garder un certain contrôle de sa prise et il faudra le faire chuter «correctement». Dans la pratique du judo, on ne cherche pas à faire mal à son adversaire. On doit avoir confiance en son opposant, tout comme il doit avoir confiance en nous. Les valeurs morales seront même plus importantes que la technique elle-même.

La sanction infligée à Issam Bassou n’a cependant pas eu un impact énorme sur les résultats, le judoka marocain a fini la compétition 3e dans la catégorie des -60 kg après avoir écarté le Roumain Vlad Luncan puis le Slovène Matjaz Trbovc avant de s’incliner en demi-finale face à l’Allemand Moritz Plafky. Bassou a pu décrocher le bronze en remportant les deux matchs de la session de repêchage face au Kazakh Maghzhan Shamshadin et à son compatriote Yassin Moudatir.

 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages